La campagne de vaccination contre la rubéole et la rougeole est un échec total

Publication: Mis à jour:
VACCIN
luckyraccoon via Getty Images
Imprimer

La campagne de vaccination contre la rubéole et la rougeole qui s'est déroulée entre le 6 et le 15 mars en cours dans les établissements scolaires a été un véritable échec.

Un constat avoué ce matin par un des responsables du ministère de la santé sur les ondes de la radio nationale.

Selon Smail Mesbah, directeur général de la prévention au ministère de la Santé, la campagne de vaccination lancée au niveau des établissements scolaires n'a pas atteint les objectifs prévus. Il indique, dans ce sillage que seuls 1,5 million d'enfants sur les 6,5 programmés ont été vaccinés.

Cette campagne a été dès son lancement remise en cause par de nombreux parents d'élèves influencés par certaines télévisions ayant pointées du doigt la qualité des vaccins importés et des annonces de décès de certains écoliers vaccinés.

Le responsable du ministère de la Santé a attribué sur les ondes de la chaîne III de la radio nationale, cet état de lieux au "côté ravageur, dans l'esprit des enfants et de leurs parents, d'informations infondées et annonces de décès avant même le lancement de la campagne de vaccination".

"Nous avons constaté des frayeurs, des psychoses, des inquiétudes et des angoisses chez les enfants à cause de ces rumeurs", a-t-il dit, relevant que l'exigence d'une attestation signée par les parents pour vacciner leurs enfants a accentué la psychose.

Il a affirmé, dans ce sillage, qu'en "aucun cas, les services de santé n'ont demandé un quelconque document à signer par les parents dans les programmes de santé publique, y compris les campagnes de vaccination. Cela n'a jamais été et cela ne sera jamais une pratique de santé publique", a-t-il assuré.

M. Mesbah a indiqué que la campagne de vaccination contre la rubéole et la rougeole devra se poursuivre à la prochaine rentrée scolaire au niveau des structures de santé dans le cadre du dispositif de rattrapage et selon un calendrier précis". "c'est le seul élément qui permettra à l'Algérie de faire face et d'éliminer les maladies graves et mortelles", a-t-il expliqué.

Smail Mesbah a enfin précisé que les vaccins "répondent aux normes universelles". "L'Algérie importe des vaccins qui sont homologués par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et qui répondent aux exigences technico-réglementaires mises en place par le ministère de la Santé", a insisté Smail Mesbah.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.