Saad Eddine El Othmani, victime du spécialiste du canular sur Twitter

Publication: Mis à jour:
SAAD EDDINE EL OTHMANI
Saad Eddine El Othmani, victime du spécialiste du canular sur Twitter | PJD/Facebook
Imprimer

INTERNET - Le nouveau chef du gouvernement a été victime du spécialiste du hoax sur les réseaux sociaux. C'est en tout cas ce que laisse penser un message posté sur le (faux) compte Twitter de Saad Eddine El Othmani, créé il y a quelques heures à peine et qui a dérouté plusieurs médias et internautes.

Mercredi 22 mars, un compte baptisé @PMMorocco, comme "Prime Minister of Morocco", soit "Premier ministre du Maroc", est créé sur Twitter. "Bienvenues (sic) sur mon compte officiel! Merci de me suivre", écrit-il, faute comprise.

Quelques minutes plus tard, le site d'informations Médias24 annonce que Saad Eddine El Othmani, fraîchement nommé par le roi pour former un nouveau gouvernement, a créé son compte Twitter officiel.

Sauf que comme le fait remarquer un de nos confrères qui a posé la question à deux sources internes du PJD, il s'agit bien d'un "fake":

"Le compte Twitter du Chef du gouvernement était un fake. Nous présentons nos excuses à nos lecteurs", poste quelques minutes plus tard le site d'informations.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Après tout, des milliers de faux comptes sont créés chaque jour sur la toile. Sauf qu'un nouveau tweet a été posté sur le fil Twitter d'El Othmani: "Faux compte crèe (re-sic) par le journaliste italien Tommasso Debenedetti".

Faussaire 2.0

Ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais il s'agit en fait d'un spécialiste du canular sur Twitter. Cet Italien crée régulièrement des faux comptes de personnalités publiques ou poste de fausses informations sur le réseau social, comme la mort de célébrités.

En 2013, l'AFP interrogeait ce faussaire 2.0. Son but: "montrer que Twitter est devenue une agence de presse... et la moins fiable au monde", confiait-il. "Malheureusement, le journalisme fonctionne sur la vitesse. Une fausse information se répand exponentiellement et quand par exemple un journaliste du New York Times retwitte un message, il lui donne une crédibilité même s'il ne la publie pas. À la fin, tout le monde oublie la source originale".

Tommasso Debenedetti a notamment annoncé la mort du pape, de Fidel Castro ou de Pedro Almodóvar. Et plusieurs médias sont tombés dans le panneau. "Je veux démontrer la fragilité des médias sociaux", expliquait-il encore à l'AFP, invitant les journalistes "à être plus prudents, à procéder à toutes les vérifications nécessaires, surtout dans les petits médias, les petites radios ou sites internet qui tombent facilement dans le piège".

Mais le journaliste italien est fair-play. Il finit toujours par se démasquer et démentir la fausse nouvelle dans l'heure qui suit le premier tweet. Ce qu'il n'a pas manqué de faire pour le compte de Saad Eddine El Othmani et qu'il nous a confirmé dans un message.

LIRE AUSSI: Qui a le plus de followers fake et/ou inactifs sur Twitter parmi nos politiciens en campagne? (INFOGRAPHIE)