Libye: HRW évoque des crimes de guerres à Benghazi

Publication: Mis à jour:
HAFTAR
CORRECTION - Marshal Khalifa Haftar, the military leader of the so-called Libyan National Army and Libyas parallel parliament based in the eastern city of Tobruk, is greeted upon his arrival at Al-Kharouba airport south of the town of al-Marj, about 80 km east of the Mediterranean port city of Benghazi on December 3, 2016 after his visit in Russia. / AFP / Abdullah DOMA / The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by Abdullah DOMA has been modified in AFP systems in the fo | ABDULLAH DOMA via Getty Images
Imprimer

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a évoqué mercredi de graves violations des droits de l'homme et de "crimes de guerres" commis à Benghazi par les forces sous le commandement du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités de l'est de la Libye.

"Les forces de l'armée nationale libyenne (ANL) (autoproclamée par le maréchal Haftar) pourraient avoir commis des crimes de guerres (...) dont des actes de tortures contre des civils et des exécutions sommaires", a indiqué HRW dans son communiqué.

Les forces sous le commandement de Khalifa Haftar "se sont livrées à des tueries et auraient profané les tombes de leurs rivaux à Benghazi", deuxième ville libyenne, selon ce communiqué.

Les faits remontent au 18 mars 2017, lorsque les forces de l'ANL ont mené une offensive contre les derniers bastions des groupes jihadistes à Benghazi dont certains ont pris la fuite pendant la nuit.

Selon HRW, "des vidéos et photos reçues de proches des victimes, de journalistes et de militants" des droits de l'Homme montrent des cadavres de jihadistes "que les combattants des forces de l'ANL auraient profané et mutilé, pendant ou après l'évacuation des résidents du secteur de Ganfouda le 18 mars".

Des vidéos et des photos, qui n'ont pu être vérifiées de source indépendante, ont par ailleurs circulé sur les réseaux sociaux, montrant un homme armé portant un t-shirt noir frappé de l?emblème de l'ANL, exécutant trois hommes, agenouillés face au mur, les mains liées derrière le dos.

Après plusieurs démentis de la part du commandement de l'ANL, un haut responsable des forces spéciales à Benghazi Wanis Boukhamada a réagi mardi soir par la voie d'une agence de presse loyale aux autorités dans l'est en dénonçant les exactions et promettant de poursuivre et de punir les responsables.

Bête noire des islamistes, Khalifa Haftar a réussi à reconquérir une grande partie de la ville de Benghazi, berceau de la révolution libyenne, tombée aux mains de jihadistes en 2014.

L'ANL, auto-proclamée et dirigée par Haftar, livre une guerre sans relâche contre des groupes jihadistes cernés dans leurs derniers bastions à l'ouest de Benghazi.

Parmi ces groupes, figure le Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, une coalition de milices islamistes dont fait partie notamment Ansar Asharia, un groupe proche d'Al-Qaïda.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.