En Californie, un forum économique africain sans délégations africaines, faute de visas

Publication: Mis à jour:
US AIRPORT CONTROL
Passengers enter the security control area at the Helsinki airport in Vantaa, Finland March 10, 2017. Lehtikuva/Antti Aimo-Koivisto/via REUTERS ATTENTION EDITORS - THIS IMAGE WAS PROVIDED BY A THIRD PARTY. FOR EDITORIAL USE ONLY. NO THIRD PARTY SALES.FINLAND OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN FINLAND | Lehtikuva Lehtikuva / Reuters
Imprimer

VISA - Doit-on y voir un nouvel "effet Trump"? Des délégations d'hommes d'affaires africains n'ont pas pu prendre part à un forum économique africain en Californie. 100% des demandes de visas ont en effet été refusées, selon les organisateurs de l'événement.

L'African Global Economic and Development Summit, organisé chaque année par l'Université de Californie du Sud, n'a pas fait salle comble lors de sa tenue du 16 au 18 mars. Et pour cause. Cette année, aucun des citoyens de pays africains ayant demandé un visa pour les États-Unis n'a reçu de réponse positive.

Environ 60 à 100 personnes provenant d'une douzaine de pays, qui ne figurent pourtant pas sur la liste des pays dont les ressortissants sont interdits de territoire américain, se sont vu refuser l'entrée aux États-Unis pour assister à ce sommet qui organise des rencontres entre des chefs d'entreprises américains et africains dans le but de favoriser des partenariats.

"Je ne sais pas si c'est Trump ou si c'est le fait que les ambassades, qui ont été discriminantes depuis longtemps, ont sauté sur l'occasion pour rejeter ouvertement tout le monde", a déclaré l'organisatrice de l'événement Mary Flowers au Guardian. "Ces liens commerciaux créent pourtant des emplois en Amérique et en Afrique. Ce qui se passe est incroyable".

Ce n'est pas la première fois que le sommet rencontre des problèmes de visas. Selon Mary Flowers, qui organise l'événement depuis 2013, environ 40% des participants africains intéressés par ce forum se sont vu refuser l'entrée sur le sol américain.

Pour Karen Bass, membre du Congrès américain et de la sous-commission Afrique, "lorsque les politiques et les pratiques restrictives sont suivies par les ambassades des États-Unis lors de l'octroi de visas aux Africains, cela limite les opportunités entre les États-Unis et les entités commerciales africaines", a-t-elle déclaré dans un communiqué parvenu au Guardian.

Le 11 mars, un groupe de gnaouas marocains, qui devait se rendre à la Nouvelle Orléans aux États-Unis pour le festival des musiques sacrées, a dû annuler sa venue suite au refus de leur demande de visas.

LIRE AUSSI: Les appareils électroniques interdits dans les vols du Maroc vers les États-Unis