Brésil: l'argent de la corruption récupéré pour payer des retraités

Publication: Mis à jour:
BRASIL
Aerial view of the Christ, The Redeemer Monument and the Corcovado Mountain in Rio de Janeiro, Brazil. One of the Seven Wonders of the World the monument is a must-go spot do travelers upon visiting Rio. Along with the beautiful statue the view of the Corcovado is breathtaking with the Sugarloaf Mountain and the Botafogo Bay among some of the places you can see from up there. | Yuri de Mesquita Bar via Getty Images
Imprimer

L'Etat brésilien de Rio de Janeiro (sud-est) a pu payer mardi le 13e mois d'une partie de ses fonctionnaires retraités grâce à la récupération de fonds détournés par l'ancien gouverneur Sergio Cabral, emprisonné pour corruption en novembre.

Au total, 254,7 millions de réais (environ 83 millions de dollars) sont versés à 146.000 anciens fonctionnaires de l'Etat touchant une retraite inférieure ou égale à 3.200 réais (un peu plus de 1.000 dollars) par mois, selon les autorités locales.

"C'est la première fois qu'autant d'argent est restitué aux coffres publics en si peu de temps", s'est félicité José Augusto Vargas, procureur régional de Rio, lors d'une cérémonie pour officialiser le transfert des fonds.

Le parquet de Rio a annoncé avoir reversé à l'Etat plus de 102 millions de dollars rapatriés de comptes à l'étranger, grâce à un accord de collaboration noué par deux personnes inculpées pour avoir pris part au vaste réseau de corruption dirigé par Sergio Cabral.

Cet argent était sur des comptes en Suisse au nom de ces deux personnes, mais provenaient directement de fonds détournés par Sergio Cabral et deux de ses proches collaborateurs, Wilson Carlos et Carlos Miranda.

Touché par une grave crise économique, l'Etat de Rio ne verse pas depuis des mois aux fonctionnaires leurs rémunérations et a dû négocier en janvier un prêt de la part du gouvernement fédéral, moyennant l'adoption de mesures
d'austérité impopulaires.

Il s'agit en particulier de la privatisation du service de traitement des eaux, entériné le 21 février. Plusieurs manifestations contre ces mesures ont éclaté ces derniers mois, certaines d'entre elles violentes, avec des interventions musclées de la police.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.