Le ministre français de l'Intérieur Bruno Le Roux démissionne

Publication: Mis à jour:
BRUNO LE ROUX
France's Interior Minister Bruno Le Roux looks on during the 'Central Mediterranean contact group' meeting on March 20, 2017 in Rome. Interior ministers from the central Mediterranean met in Rome March 20 to ramp up efforts to curb migration from Libya amid a sharp rise in the number of people attempting the perilous crossing to Europe. / AFP PHOTO / TIZIANA FABI (Photo credit should read TIZIANA FABI/AFP/Getty Images) | TIZIANA FABI via Getty Images
Imprimer

Le ministre français de l'intérieur Bruno Le Roux a démissionné ce mardi 21 mars 2017. Le secrétaire d’État au Commerce extérieur, Matthias Fekl, 39 ans, a été nommé à sa place, a annoncé à l'AFP l'entourage du président François Hollande.

"Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de M. Bruno Le Roux et il a nommé M. Matthias Fekl, ministre de l'Intérieur", a ensuite indiqué l’Élysée dans un communiqué.

M. Fekl, qui était secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, ne sera pas remplacé à ce poste, a précisé l’Élysée.

"Le président de la République a reçu ce mardi en présence du Premier ministre (Bernard Cazeneuve), M. Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur. Celui-ci lui a présenté sa démission afin de fournir toutes les précisions utiles à l’établissement de la vérité, dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet financier", selon ce communiqué.

Quelques minutes plus tôt, en Seine-Saint-Denis, dont il était député avant d'entrer au gouvernement, M. Le Roux avait annoncé sa démission au lendemain des révélations sur l'emploi de ses filles comme collaboratrices parlementaires.

"J'ai adressé ma démission au président de la République François Hollande", a déclaré ce fidèle du chef de l'Etat lors d'une brève allocution à la préfecture de Bobigny.

"J'affirme mon honnêteté dans les rapports humains comme dans tous mes actes politiques", a ajouté M. Le Roux, selon lequel les contrats de ses filles, "ponctuels et officiels", "correspondaient tous, bien sûr, à des travaux effectivement réalisés".

Selon l'entourage de M. Hollande, sitôt apprises les révélations de l'émission "Quotidien" de la chaîne TMC concernant M. Le Roux, le chef de l'Etat et le Premier ministre se sont entretenus avec l'intéressé.

"Leur conviction s'est faite rapidement qu'il fallait que le ministre démissionne et ils sont convenus de le voir dès le lendemain", a-t-on indiqué à l'AFP.

M. Le Roux a été ainsi reçu mardi à 14H00 pendant une demi-heure à l’Élysée et a remis sa démission avant de l'annoncer lui-même, selon la même source.

Dans cette affaire, "le président de la République comme le Premier ministre, quand ils ont eu connaissance des informations sur le ministre renforcées par l'ouverture d'une enquête par le parquet national financier (PNF), n'ont eu aucune hésitation sur le fait qu'il devait démissionner et ils ont agi rapidement", a également souligné l'entourage de M. Hollande.

Successeur de M. Le Roux place Beauvau, M. Fekl quitte donc l'organigramme de campagne de Benoît Hamon. Responsable de la "mission agenda 2017" après avoir été pressenti comme directeur de campagne, il était chargé de la mise en place des premières réformes du futur quinquennat en cas de victoire du candidat socialiste.

"On va décider avec lui qui va le remplacer", a précisé Guillaume Balas, coordinateur du programme de M. Hamon, après avoir eu M. Fekl au téléphone dans la foulée de sa nomination à l'Intérieur.

Selon l'entourage du président de la République, "le choix s'est porté sur Matthias Fekl, qui a fait ses preuves au gouvernement depuis deux ans et demi durant lesquels il s'est montré loyal, compétent, efficace, et qui pourra mettre en œuvre la politique de sécurité du gouvernement".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.