Un homme abattu à l'aéroport Paris-Orly, après s'être emparé de l'arme d'un militaire

Publication: Mis à jour:
PARIS ORLY
A general view shows the Orly airport southern terminal with his facade decorated by artist Jean-Charles de Castelbajac called "Orlove", near Paris, France, January 22, 2016. Picture taken January 22, 2016. REUTERS/Charles Platiau | Charles Platiau / Reuters
Imprimer

Un homme s'est emparé de l'arme d'un militaire en faction à l'aéroport d'Orly Sud, dans le Val-de-Marne, ce samedi 18 mars, selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur interrogé par l'AFP. Il a été abattu par les forces de sécurité de l'aéroport.

Vers 8h30, "un homme a dérobé une arme à un militaire de Sentinelle puis s'est réfugié dans un commerce de l'aéroport à proximité avant d'être abattu par les forces de sécurité", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur français Pierre-Henry Brandet. Il n'y a pas de blessé, a-t-on précisé de même source.

Selon BFMTV, le RAID arrive sur place. L'aéroport d'Orly a été évacué après les coups de feu, selon les témoins.

"Des opérations spéciales sont menées par la police. S'il vous plaît, suivez leurs instructions"

Sur les réseaux sociaux, certains internautes ont d'abord parlé à tort d'une prise d'otage. De nombreux témoignages ont été postés pendant l'évacuation.

"En ce moment même à Orly. Les gens sont agacés et il y a des retards. Ça ne ressemble pas à une urgence / évacuation"

Ce scénario rappelle l'attaque du Carrousel du Louvre à Paris. Un Égyptien de 29 ans avait attaqué le 3 février des militaires en faction avec deux machettes. Mis en examen, il a expliqué lundi avoir "agi de son plein gré", "sans avoir été commandité" par le groupe jihadiste État islamique lorsqu'il a pénétré dans le Carrousel du Louvre pour, selon lui, mener une action symbolique contre la France, en dégradant des oeuvres du musée avec des bombes de peinture effectivement retrouvées dans son sac à dos.

Plus d'informations à venir...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.