Huffpost Maroc mg

Un journal turc a osé publier un photomontage de Merkel en Hitler

Publication: Mis à jour:
ANGELA MERKEL ANGRY
BERLIN, GERMANY - MARCH 26: Portrait of German Federal Chancellor Angela Merkel on March 26, 2012, in Berlin, Germany. Photo by Thomas Trutschel/Photothek via Getty Images)***Local Caption***Angela Merkel | Thomas Trutschel via Getty Images
Imprimer

POLEMIQUE -

Angela Merkel affublée d'une petite moustache et d'un uniforme nazi: un journal pro gouvernement turc a publié ce vendredi 17 mars ce photomontage de la chancelière allemande dépeinte en Hitler, en pleine crise entre Ankara et l'UE.

"Une Hitler au féminin", titre le quotidien Günes avec une croix gammée, le mot-dièse #FrauHitler, mais aussi la mention "la Tante moche" barrant le photomontage d'Angela Merkel qui occupe les trois-quarts de la Une du journal.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a accusé l'Allemagne et les Pays-Bas de "pratiques nazies" après que les deux pays ont interdit la tenue sur leur territoire de meetings en faveur d'un référendum sur l'extension de ses pouvoirs.

"En embrassant les organisations terroristes (...), l'Allemagne monte toute l'Europe contre la Turquie", écrit Günes en sous-titre. Le journal se fait ainsi l'écho des accusations du pouvoir turc reprochant à Berlin d'abriter des séparatistes kurdes et des putschistes présumés impliqués dans la tentative de coup d'Etat manqué du 15 juillet.

La chancellerie allemande avait réagi à ces accusations en appelant la Turquie à "garder la tête froide". Le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert, a affirmé que "les comparaisons au nazisme sont toujours absurdes et déplacées car elles reviennent à minimiser les crimes contre l'humanité du national-socialisme".

Sur son site internet, Günes a publié un autre photomontage de la chancelière avec une moustache en brosse effectuant le salut nazi, sous le titre: "Il n'y a pas de différence avec Hitler".

La Turquie avait condamné une Une du journal allemand "Bild" qui revendiquait dire "la vérité en face" au président Erdogan, le proclamant persona non grata en Allemagne et dénonçant sa "folie du pouvoir".

Cet article est "le produit d'une mentalité alimentée par le racisme et la xénophobie", a affirmé dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

LIRE AUSSI: Ce regard d'Angela Merkel exprime toute la détresse des politiques face à Donald Trump