Le potentiel d'investissement en Algérie exposé à Washington

Publication: Mis à jour:
BOUGUERRA
DR
Imprimer

L'ambassadeur d'Algérie à Washington Madjid Bouguerra a plaidé au renforcement du partenariat algéro-américain en mettant en exergue l'énorme potentiel d'investissement en Algérie, lors d'une rencontre avec la communauté d'affaire américaine.

L'ambassadeur a présenté lors de cette rencontre, organisée par le groupe américain Spectrum et le Conseil d'affaires algéro-américain (USABC) les différentes opportunités d'investissements offertes aux investisseurs étrangers.

La rencontre organisée en préparation d'une mission d'hommes d'affaires américains en Algérie, prévue en octobre, a été l'occasion d'évoquer les différentes mesures et dispositifs mis en place pour promouvoir l'investissement étranger en Algérie.

M. Bouguerra a indiqué que le gouvernement a engagé durant les deux dernières années des réformes pour atténuer l'impact de la baisse des cours de pétrole et mettre en place un "nouveau modèle de croissance" visant à réduire significativement la dépendance de l'Algérie aux hydrocarbures.

Les mesures mises en place offrent, à ce titre, d'énormes opportunités d'investissement aux entreprises étrangères qui veulent les saisir, a-t-il précisé aux représentants d'une vingtaine de compagnies américaines présents à cette rencontre.

L'ambassadeur a tenu à souligner durant sa présentation que les constats des pseudo experts qui prédissent "les pires perspectives" pour l'Algérie "sont loin de la réalité", offrant une image erronée de la situation du pays.

Si l'Algérie a enregistré une baisse de 50% de ses revenus, elle a cependant accumulé d'énormes ressources qui lui ont permis d'atténuer l'impact du choc pétrolier, a-t-il relevé tout en soulignant le faible niveau d'endettement et le niveau de réserves de change confortable ayant contribué à stabiliser la situation macroéconomique du pays.

Se référant aux derniers rapports et constats de la Banque Mondiale et du Fonds monétaire internationale, M. Bouguerra a indiqué que l'Algérie constituait un bon exemple en matière de politique budgétaire, alors que son économie devrait connaître une croissance appréciable de 3,9% en 2017.

"Ce n'est pas pour se vanter de dire que l'Algérie s'en est mieux tirée que les autres pays pétroliers, c'est encore une réalité: l'Algérie a soigneusement géré ses ressources naturelles et financières et investi judicieusement en poursuivant la consolidation de son rôle comme un pays stable et fort', a déclaré le diplomate algérien.

A ce propos, il a mentionné que l'Algérie a démontré avec succès ses capacités à maintenir la sécurité tout au long de ses frontières et partant à renforcer la sécurité dans la région tout en s'engageant dans la restauration de la paix au Mali et en Libye.

Evoquant les relations algéro-américaines, l'ambassadeur a indiqué qu’elles sont "fortes, variées, dynamiques, concrètes et promises à un avenir meilleur", en relevant au passage la coopération entre les deux capitales dans les domaines militaire, commerciale et sécuritaire.

La mission d'homme d'affaires américains, prévue du 1 au 4 octobre sera focalisée sur l'investissement dans plusieurs secteurs prometteurs en Algérie comme la construction, la santé, l'agriculture, les infrastructures en plus du secteur de l'énergie, où les compagnies américaines sont déjà présentes en Algérie, a indiqué le président d’USABC, Smail Chikhoune.

La rencontre, a constitué l'occasion pour les représentants de deux compagnies, Anadarko et AIAG, d'évoquer leurs expériences d'investissements en Algérie.

En marge de cette présentation, l'ambassadeur Bouguerra s'est entretenu avec les représentants de quatre compagnies américaines pour discuter de leurs intentions d'investissements en Algérie.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.