Au départ d'Agadir, il traverse l'Atlantique en pédalo pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Publication: Mis à jour:
BAPTISTE DUBANCHET
Baptiste Dubanchet veut lutter contre le gaspillage alimentaire. | LaFaimduMonde/Facebook
Imprimer

ENGAGEMENT - Le 25 mars, le Français Baptiste Dubanchet partira d'Agadir en pédalo, pour un voyage de trois mois sur l'Océan Atlantique. Sa mission: montrer qu'il est possible de se nourrir seulement de produits périmés et lutter ainsi contre le gaspillage alimentaire.

Ce projet un peu fou, il le mûrit depuis plusieurs années. "Je stocke depuis deux ans les aliments qui vont me nourrir durant ce voyage. Sur l'Océan, j'emporte avec moi entre 100 et 150 kg de denrées périmées", souligne l'aventurier.

Baptiste Dubanchet est parti de Paris le 6 janvier dernier. Première étape: Paris-Gibraltar, à vélo. Sur le chemin, Baptiste en a profité pour faire de la sensibilisation auprès des établissements scolaires. "Au-delà de la campagne de communication que représente la traversée de l'Atlantique, ce projet est fait pour toucher un maximum de gens", précise le jeune homme de 28 ans. Sa descente vers le Détroit a duré environ 40 jours. "J'ai eu quelquefois du mal à trouver de la nourriture, mais des restaurants m'ont donné leurs restes."

Arrivé à bon port, il retrouve enfin à Tanger le pédalo qui l'accompagnera pour sa traversée de trois mois. "Là encore, petites galères. Je pensais avoir le bateau prêt, clefs en main mais il fallait encore faire quelques ajustements. Et on a rencontré un gros imprévu: le pédalo commence à glisser de la remorque. On doit aller jusqu'à Agadir pour la deuxième étape, il ne faudrait pas qu'on le perde en route", ironise Baptiste.

pédalo

Le voyageur partira d'Agadir le 25 mars pour rejoindre la Martinique. Puis il gagnera Miami pour la dernière étape en vélo: Miami-New York. À la fin de son périple, il aura traversé 10.000 km en vélo et pédalo.

Trouver des solutions au gaspillage

"Alors que 870 millions de personnes souffrent de sous-nutrition dans le monde, les pays riches se permettent de produire et d'importer trop de nourriture. Au final, c'est entre un tiers et la moitié de la nourriture qui est gaspillée au niveau global", précise-t-il sur son site "La faim du monde". Si Baptiste Dubanchet veut montrer qu'il est possible de se nourrir de produits périmés sans tomber malade, il cherche aussi des solutions au gaspillage. Durant tout son voyage, des recherches sont menées en parallèle sur la lyophilisation. Déjà utilisé par la Nasa pour nourrir ses astronautes, ce système permet de vider les aliments de toute leur eau pour faciliter leur conservation.

Une pétition a aussi été lancée pour demander au gouvernement français de supprimer les DDM ("à consommer de préférence avant le") sur les produits secs. "Pour le moment, nous n'avons récolté qu'environ 700 signatures. J'espère qu'après la traversée, nous en aurons plus", conclut Baptiste.

LIRE AUSSI: