"Le gouvernement a tenu ses promesses" affirme Youssef Chahed face aux députés

Publication: Mis à jour:
ARP
Facebook/Assemblée des représentants du peuple
Imprimer

Présent à l'Assemblée des représentants du peuple en marge de la plénière consacrée au vote aux nouveaux ministres, le Chef du gouvernement Youssef Chahed a pris la parole pour faire le point sur le travail effectué par son gouvernement.

Lutte contre le terrorisme

Affirmant que le gouvernement a tenu ses promesses et qu'il n'a pas violé l'accord de Carthage, Youssef Chahed a affirmé que la priorité de celui-ci a été "la guerre contre le terrorisme" et que "la situation sécuritaire s'est grandement améliorée", la Tunisie ayant "réalisé de nombreuses victoires".

Indiquant que la guerre contre le terrorisme est un combat quotidien, le chef du gouvernement a appelé la jeunesse tunisienne "à s' armer intellectuellement contre la violence et le terrorisme".

Investissements et retour à la croissance

Autre cheval de bataille du gouvernement selon Youssef Chahed: le travail, qui est "un des objectifs de la révolution" et "qui passera nécessairement par la croissance", d'où le projet de loi sur l'investissement présenté à l'ARP afin de "mettre un terme aux retards" en la matière.

Revenant sur la Conférence internationale sur l'investissement Tunisia 2020, il a affirmé que celle-ci a "permis la réalisation de nombreux grands projets surtout dans le secteur de la santé". Ainsi 8 hôpitaux ont été financés à travers Tunisia 2020, a indiqué Youssef Chahed.

Il a en outre affirmé que le gouvernement travaille à chercher des financements "pour les projets d'infrastructures (...) capables de réaliser l'équilibre entre les régions" tout en appelant l'ARP à accélérer l'adoption de loi d'urgence économique "afin de mettre fin aux obstacles" que connaissent les grands projets. Selon lui, il existe de nombreux grands projets qui sont prêts mais qui sont bloqués à cause de la législation actuelle.

Par ailleurs, il a affirmé que son gouvernement faisait tout pour que la Tunisie retrouve une croissance soutenue et que les chiffres le démontrent avec le "retour de la production du phosphate dans presque les mêmes proportions qu'en 2010" mais aussi "près de 6,5 millions de touristes attendus pour 2017 soit une hausse de 30% par rapport à 2016"

Monde du travail et mesures sociales

"Le gouvernement a tenu ses promesses" vis-à-vis du secteur agricole, a affirmé Youssef Chahed, ajoutant que "l'État subventionnera à hauteur de 50%, les plantations d'oliviers".

Le gouvernement décide d' "augmenter le SMIG à 5,65%" pour améliorer le pouvoir d'achat des citoyens, a-t-il rappelé.

Il a ajouté que le contrat de la dignité a été mis en place, "permettant, pour la première fois, la discrimination positive".

Enfin, Youssef Chahed a indiqué que le programme premier logement a été récemment mis en place afin de faciliter l'accès au logement à une large classe moyenne.

Lutte contre la corruption

Après avoir indiqué qu'il ne promettrait que ce qui serait réalisable, Youssef Chahed a affirmé que "l'autre guerre que mène son gouvernement, est la guerre contre la corruption et dont la meilleure arme est l'arsenal législatif".

Selon lui, "la volonté gouvernementale est claire et forte" en matière de protection des dénonciateurs des cas de corruption, d'où "le renforcement des organes de contrôle". Il a, en outre, affirmé que qu'une loi sur l'enrichissement illicite sera adoptée et concernera "certaines catégories des fonctionnaires publics" mais également le pouvoir exécutif, les membres de conseil élus ou encore le pouvoir judiciaire.

Réformes économiques

La Tunisie n'a pas fait "de révolution en matière économique et sociale, nous n'avons vu aucune évolution substantielle en la matière" a affirmé Youssef Chahed, indiquant que son gouvernement n'est pas un "gouvernement de gestion des affaires courantes" et que "le temps est aux réformes".

Il a ainsi rappelé que son gouvernement a entamé "des réformes importantes notamment en matière de modernisation de l'administration".

Parmi les réformes à venir, il affirme que "le financement de l'économie tunisienne pour le renouveau du secteur agricole et de l'artisanat" sont une priorité.

Caisses sociales

"Il est nécessaire de garder le système social hérité depuis l'indépendance, en y apportant, tout de même, quelques réformes", a soutenu Youssef Chahed indiquant qu'il y a un trou de 2000 millions de dinars dans les caisses sociales et que "sans des réformes, ce sera au budget de l'État de le supporter".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.