Borhen Bsaies in, Leila Chettaoui out : Nidaa Tounes est-il en train de sombrer?

Publication: Mis à jour:
NIDAA TOUNES
Facebook/Nidaa Tounes
Imprimer

Dans un communiqué publié dans la soirée d’hier, le mouvement de Nidaa Tounes a informé que le journaliste chroniqueur, Borhen Bsaies, a officiellement été nommé chargé des affaires politiques du mouvement.

D’autre part, il a été annoncé que Khaled Chaouket – l’ancien porte-parole du gouvernement d’Habib Essid qui vient récemment de rejoindre, après une précédente démission, Nidaa Tounes – a été chargé de présider un centre d’études créé au sein du mouvement.

Le document nous apprend par ailleurs que des conseils régionaux du mouvement seront, respectivement, tenus les 24 et 25 mars et courant et le 1er et 2 avril prochain.

Le lendemain de l’officialisation de ces nouvelles nominations, le président de la commission de la législation générale au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et député du bloc de Nidaa Tounes, Taïeb Maddeni, a annoncé que sa collègue Leila Chettaoui s’est avérée être responsable de la fuite des enregistrements vocaux de la récente réunion du comité politique du mouvement. Toujours selon le député, Chettaoui ne serait pas seule derrière cet acte et elle aurait été aidée par un autre dirigeant de Nidaa.

Quelques heures plus tard, un autre communiqué a été publié par le mouvement annonçant que l’adhésion de Leila Chettaoui au mouvement et à son bloc parlementaire a été gelée et ce conformément à l’article 68 du règlement intérieur du mouvement. De ce fait, la députée sera systématiquement évincée de la présidence de la commission parlementaire spéciale chargée d’enquêter sur les réseaux qui ont permis aux Tunisiens de partir vers les zones de combat (Syrie, Iraq et Libye).

Intervenant sur les ondes de Radio Med, Leila Chettaoui a exprimé son inquiétude face à ce qu'est devenu le mouvement. Selon la députée, Nidaa Tounes serait devenu une menace pour la Tunisie. Contenant mal son émotion, la députée a eu du mal à retenir ses larmes sur le plateau lorsqu’elle a commencé à décrire la situation catastrophique du Nidaa.

Leila Chettaoui a indiqué qu’au sein du mouvement, tout le monde se préoccupe de l’auteur des fuites et personne ne s’intéresse aux graves propos contenus dans les enregistrements en question.

Intervenant par téléphone sur le même plateau, le dirigeant au sein de Nidaa Tounes, Lazhar Akermi, a pris la défense de Leila Chettaoui et a directement accusé le président du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, Sofiene Toubel, de corruption.

Akermi a, en effet, assuré que les pots-de-vin que perçoit Sofiene Toubel sont visibles grâce à ses cravates, ses notes de restaurants, ses vastes villas et ses voitures de luxe.

De son côté, le directeur-exécutif du mouvement de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, a réagi aux déclarations de Chettaoui et d’Akermi via un post Facebook (qu’il a retiré quelques heures plus tard) où il a assuré que toute personne qui perd son poste ou qui n’arrive pas à obtenir ce qu’elle désire du Nidaa porte toujours les mêmes accusations médiatiques contre ses dirigeants.

LIRE AUSSI: Nouvelle fuite et nouvelles recrues à Nidaa Tounes : Tout va mal ou tout bien ?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.