La CGEM veut booster les investissements dans la région de Meknès

Publication: Mis à jour:
MEKNES
MOROCCO - MARCH 5: Bab el-Khemis gate, Meknes, Morocco, 17th century. (Photo by DeAgostini/Getty Images) | DEA / C. SAPPA via Getty Images
Imprimer

INVESTISSEMENT - Booster la compétitivité économique de la ville de Meknès pour drainer davantage d'investissements dans la région. Tel est l'objectif que s'est fixée l’Union régionale Meknès-Ifrane de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), qui a organisé récemment une journée d'étude sur place autour du thème "Meknès, deuxième destination attractive à l’investissement après Tanger".

Lors de cette rencontre, des opérateurs économiques et des experts marocains et étrangers ont mis en relief les atouts et les avantages comparatifs de Meknès dédiés à renforcer son rayonnement à l’échelle nationale et internationale.

La vocation agricole de la ville confortée par le Plan Maroc Vert, sa main d’œuvre qualifiée, les prix abordables du foncier, la proximité avec le marché européen ont notamment été évoqués par les participants.

Pour ces derniers, la richesse et la diversité du patrimoine culturel et historique de la ville, classée patrimoine mondial de l’Unesco en 1996, représente également un atout de taille. Selon eux, la promotion de ce patrimoine local peut se faire en tant que vecteur du développement économique et touristique.

Les IDE en ligne de mire

Les participants se sont aussi penchés sur la place de choix qu’occupe actuellement la cité ismaïlienne en tant que ville attractive pour les investissements directs étrangers. Meknès commence notamment à s'imposer comme terre d'accueil des équipementiers automobiles étrangers, aux côtés de Kénitra et Meknès.

Parmi eux, il y a le Japonais Yazaki qui a ouvert en mars dernier sa troisième usine marocaine à Meknès, après celles de Tanger et Kénitra, pour un investissement de 18,5 millions d'euros.

"Nous nous sommes implantés dans cette ville car nombre de nos opérateurs travaillant sur les sites de Tanger et Kénitra sont issus de Meknès... Nous comptabilisons une main-d’œuvre 100% marocaine et le taux d’absentéisme est de 0%", souligne Redouane Khribech, DG de Yazaki Maroc, cité par L'Économiste.

Nouveau bureau pour la CGEM

La CGEM Meknès-Ifrane a, par ailleurs, présenté lors de cette rencontre, son projet pour la construction d'un nouveau siège sur place, qui occupera une superficie globale de 700 mètres carrés.

Ce projet d’un coût global de 3,9 millions de dirhams comprendra un service d’incubation des start-Up, un observatoire du climat des affaires et des investissements, deux cellules de gestion des projets et de traitement des affaires européennes, une salle de conférences et une cellule sociale.

La journée d'étude organisée le 3 mars dernier à Meknès, s’inscrit dans le cadre du rapport de la Banque mondiale qui classE la ville de Meknès en deuxième position, selon une étude effectuée sur quelque 750 villes de pays émergents à travers le monde.

Le gouverneur de la préfecture de Meknès et l’ambassadeur de Corée du Sud à Rabat, entre autres, étaient présents lors de cette journée.