Bibliothèque humaine: Découvrez ce nouveau concept qui débarque en Tunisie

Publication: Mis à jour:
BIBLIOTHQUE HUMAINE
Facebook
Imprimer

La "bibliothèque humaine" débarque le samedi 18 mars à la médina de Tunis. Organisé par l'Association l’Art Rue en partenariat avec l’association “Inno Peace”, l’événement est ouvert au large public le samedi à partir de de 14h00 à 18h00, au siège de l’Association l’Art Rue à Tunis. Pour en savoir plus sur ce nouveau concept HuffPost Tunisie a contacté Aurélie Machghoul, la chargée de communication à l’association l’Art Rue.

Contre les stéréotypes et les préjugés

Le concept est né au Danemark au début des années 2000 à l’initiative de l’association Stop the Violence, et ce pour lutter contre toutes les formes de violence et de discriminations en Europe. "Le principe est simple," a indiqué Machghoul. Il s'agit de créer des temps de rencontre entre un public et des individus, considérés comme étant victimes de discrimination. "C'est une conversation intime entre deux personnes," a-t-elle précisé.

A la différence des bibliothèques traditionnelles, dans une bibliothèque humaine l’élément central n’est plus le livre mais au contraire l’individu.

En effet, des participants qui ne se connaissaient forcément pas, seront réunis autour de conversations intimes, avec pour objectif de lutter contre certains stéréotypes et préjugés et d’aider à mieux se comprendre les uns les autres.

La bibliothèque se raconte à livre ouvert

"L'évènement de ce samedi est une expérimentation, c'est une première," a-t-elle déclaré en ajoutant que cet événement se déclinera sur trois temps à savoir une première session ce samedi, une deuxième en juin et une troisième en septembre. "Les dates ne sont pas encore fixées pour les rendez-vous de juin et septembre," a-t-elle noté.

"A son arrivée, le public est accueilli par des bibliothécaires qui vont l'orienter vers des catalogues de livres," explique la chargée de communication de l'événement. "Après avoir choisi son livre, les bibliothécaires vont l'amener jusqu'aux livres vivants à savoir les individus," poursuit-elle. "La personne s'assoit et entre en conversation entre 20 et 30 minutes avec l'individu," ajoute-elle en indiquant qu'à la fin de la conversation, le lecteur (public) se lève, retourne à l'accueil de la bibliothèque et il a le choix soit de partir, soit de lire un autre livre.

Thématiques sensibles

Interrogée sur les thématiques choisies, Aurélie Chalghoum a indiqué que les sujets adoptés traiteront les préjugés touchant la société tunisienne sans pourtant donner plus de détails. Elle a préféré ne pas dévoiler les thématiques et laisser le public les découvrir au cours de l'événement. "Il faut venir pour découvrir," réplique-t-elle.

Entre 12 et 15 livres seront présentés samedi, fait savoir Aurélie Machghoul. "Comme c'est des thématiques assez sensibles qui touchent les tabous de la société, et qu'on travaille sur la matière humaine, certains ont des appréhensions ett ne veulent pas communiquer, argue-t-elle.

La Tunisie est le troisième pays arabe à avoir adopté la bibliothèque humaine après l'Egypte et le Maroc. Présent dans plus de 70 pays à travers le monde, ce concept est avant tout un projet social au sein duquel les personnes participantes témoignent de leurs expériences, promeuvent une cause ou aident à lutter contre les préjugés qui perdurent dans nos sociétés.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.