Grève des étudiants en pharmacie: les pouvoirs publics appellent à la reprise des cours, les étudiants veulent des garanties

Publication: Mis à jour:
GRVE PHARMACIENS
Facebook/Coordination nationale des pharmaciens
Imprimer

Les pouvoirs publics appellent les étudiants en pharmacie en grève depuis quelques mois à la reprise des cours.

Le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et celui de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, ainsi que la Direction générale de la fonction publique (DGFP), ont réitéré leur appel aux étudiants en pharmacie pour reprendre les cours dans les plus brefs délais "afin de sauver l'année universitaire", rapporte un communiqué du ministère de l'Enseignement supérieur (MESRS).

Les participants à une réunion tenue lundi sous la présidence des secrétaires généraux du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et du ministère de la Santé et de la Population et de la réforme hospitalière, ainsi que du Directeur général de la DGFP, en présence de cadres des trois secteurs et des représentants des étudiants en pharmacie et en chirurgie dentaire "ont réitéré leur appel aux étudiants en pharmacie pour reprendre les cours dans les plus brefs délais afin de sauver l'année universitaire", a indiqué la même source.

La réunion a été marquée par un "débat riche et franc avec les représentants des étudiants en pharmacie qui ont présenté leurs revendications. Les représentants des trois secteurs ont répondu à ces revendications qui ont été toutes prises en charge qu'il s'agisse des revendications pédagogiques ou celles ayant trait au secteur de la santé", indique le communiqué.

Pour ce qui est des revendications pédagogiques, "deux arrêtés ministériels vont être signés cette semaine, le premier portant création du comité pédagogique national pour la pharmacie, sa gestion et son organisation, tandis que le deuxième fixera ses missions dont la création de nouvelles spécialités et la révision des programmes de formation", precise le communiqué.

Il a été également question -ajoute la même source- de "la création de nouvelles spécialités (pharmacie clinique, pharmacie hospitalière et pharmacie industrielle) au sein des facultés disposant de moyens humains et matériels, ainsi que le renforcement de ces spécialités au niveau des facultés disposant de moyens et d'encadrement suffisant".

Concernant la revendication majeure du diplôme de docteur en pharmacie, "il a été rappelé, la décision du Premier ministre de le classer à la catégorie 14, lors de sa rencontre le 5 février dernier avec les représentants des étudiants", précise la même source.

Il a été précisé que tous les grades de la fonction publique pour l'accès desquels est exigé un diplôme à BAC+6 sont classés, "sans exception aucune, à la catégorie 14".

Par ailleurs, le Directeur général de la Fonction publique a donné " des instructions concernant les catégories de la Fonction publique", affirmant que la catégorie 14 " concerne l'ensemble des titulaires d'un diplôme universitaire BAC+6".

"La classification de docteur en médecine dentaire à la catégorie 16, telle que demandée, impliquerait la remise en cause de l'harmonie et la cohérence de tout l'édifice statutaire et réglementaire régissant les différents corps de fonctionnaires", ajoute le communiqué.

Pour ce qui est du suivi de la mise en œuvre de la feuille de route convenue, " le ministère de l'Enseignement supérieur et de le Recherche scientifique, a réitéré, en coordination avec ses structures pédagogiques, sa proposition de désigner des représentants pour suivre la mise en œuvre de ce qui a été convenu", a encore indiqué le communiqué qui souligne qu'"une rencontre d'évaluation se tiendra dans un mois sous la présidence du Secrétaire général du ministère de tutelle".

De leur côté, les étudiants veulent des garanties pour reprendre les cours ainsi que d'être associé au comité de suivi.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.