Huffpost Maroc mg

Casawa, la nouvelle BD "identitaire" de Rebel Spirit

Publication: Mis à jour:
CASA
Casawa, la nouvelle BD "identitaire" de Rebel Spirit | DR
Imprimer

BANDE DESSINÉE - Communiquer sur les valeurs identitaires de Casablanca à travers le dessin. C'est l'idée qu'a voulu exploiter Casa Events et Animation en faisant appel à Mohamed El Bellaoui, alias Rebel Spirit, l'un des bédésites les plus doués de sa génération.

Ensemble, ils ont donné naissance à Casawa, une bande dessinée qui se veut "inédite" et qui célèbre selon la société de développement local (SDL) chargée de la promotion de la ville, les multiples facettes de "l’identité de Casablanca, ses infrastructures, son architecture et l'énergies de ses habitants".

"Nous avions ce projet depuis le début: communiquer un peu sur le portrait identitaire de Casablanca et les valeurs qui rassemblent les Casablancais. C'est le travail qui a été fait lorsque nous avions élaboré la stratégie d'attractivité de la ville avec la marque WeCasablanca", explique au HuffPost Maroc Touda Loutfi, directrice développement et stratégie de la SDL, à l'issue d'une conférence de presse organisée pour l'occasion à Casablanca.

taxi

"Nous nous sommes donc dits que la bande dessinée pouvait être un bon outil de communication pour adresser ce message aux Casablancais. Et qui pouvait justement mieux dessiner ces Casablancais que celui qui a réalisé le Guide casablancais?", poursuit la responsable.

5 mois de travail

Casa Events et Animation a donc fait appel à Rebel Spirit pour concrétiser son projet. C'est Rami Fijjaj, chef de projets culturels à la SDL, qui a pris contact avec le dessinateur.

"J'avais de très bons liens avec Rami, que je connaissais en tant qu'acteur culturel du théâtre et du cinéma. Comme il est aujourd'hui chef de projets à Casa Events et qu'il connaissait déjà mon travail, il m'a invité à venir échanger des idées pour trouver un projet en commun sur lequel on pouvait collaborer", nous explique Mohamed El Bellaoui.

Selon l'artiste, il a fallu près de cinq mois de travail pour réaliser cette BD. "On a commencé à travailler dès le lancement de la marque territoriale. À force de travailler ensemble, nous avons trouvé des objectifs communs. On s'est d'une certaine façon retrouvé", confie-t-il.

tram

Avec pour volonté commune de faire de Casablanca une ville moins grise et plus joyeuse pour ses habitants, l'accent est mis sur ces "gens qui veulent améliorer beaucoup de choses à Casablanca, des choses qui me dérangent aussi à titre personnel", poursuit Rebel Spirit. Place donc à un esprit citoyen où les supporters communient dans la joie dans les stades de foot, où des véhicules pour personnes à mobilité réduite existent, et où les espaces verts accueillent des familles souriantes.

Le premier numéro de Casawa est disponible en ligne, en darija et en français. Des exemplaires ont déjà été distribués à quelques élèves lors des visites scolaires organisées dans le cadre de l’exposition consacrée à Tayeb Saddiki. D'autres seront distribués dans les prochains jours dans les écoles publiques et privées de Casablanca. La date de sortie du prochain numéro n'a pas encore été arrêtée.

"Deux univers différents"

Par ailleurs, Mohamed El Bellaoui planche en ce moment sur la deuxième édition de sa bande dessinée "Le Guide casablancais" dont la sortie est prévue pour avril prochain. "C'était prévu pour décembre, mais on a eu des soucis comme c'est souvent le cas en auto-production", déplore-t-il.

Ce projet se veut donc "plus personnel" pour le dessinateur qui explique que celui-ci n'a rien a voir avec la BD travaillée avec la SDL casablancaise.

skateur

"Dans ma vie, j'ai toujours travaillé avec deux personnages: Mohamed El Bellaoui, un étudiant de l'école des beaux-arts qui sait dessiner, et Rebel Spirit, acteur culturel et artiste entre parenthèses, qui exprime ses idées sans avoir besoin de qui que ce soit et qui se bat pour faire son travail comme il l'entend", précise-t-il.

"Deux univers différents" donc que l'artiste ne souhaite pas associer. "Je n'associe jamais les personnages de mes projets personnels, dont j'assume la totale responsabilité, à des projets qui impliquent d'autres partenaires. J'aime bien mon monde et je le protège", conclut-il.

LIRE AUSSI: