10e session du Conseil d'association de l'Algérie et l'UE lundi à Bruxelles

Publication: Mis à jour:
ALGERIA EUROPEAN UNION
BRUSSELS, BELGIUM - JUNE 04: Algerian Foreign Minister Ramtane Lamamra (L) and High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, Federica Mogherini (R) shake hands after signing a bilateral agreement following the Algeria-EU Association Council Meeting in Brussels, Belgium on June 4, 2015. (Photo by Dursun Aydemir/Anadolu Agency/Getty Images) | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

L'Algérie et l'Union européenne (UE) tiennent lundi 13 mars 2017 à Bruxelles la 10e session de leur Conseil d'association, institué par la mise en place en 2002 d'un cadre institutionnel régissant la relation bilatérale avec la signature de l'Accord d'association.

Cette réunion annuelle qui sera co-présidée par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra et la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini constituera "une nouvelle occasion pour les deux partenaires de passer en revue l'état et les perspectives des relations de coopération et de partenariat" et "d'examiner les voies et moyens de leur impulser une nouvelle dynamique dans les différents domaines", selon le ministère des Affaires étrangères.

La nouvelle session du Conseil d'association Algérie-UE devrait permettre d'entériner le document final portant les conclusions de l'évaluation conjointe de la mise en œuvre de l'Accord d'association et celui contenant les priorités conjointes de partenariat, définies au titre de la Politique européenne de voisinage rénovée à laquelle l'Algérie a participé activement lors du processus de révision.

Le premier document dont les grands axes portent sur divers aspects allant de la bonne gouvernance, la démocratie, l'Etat de droit à la mobilité et la circulation des personnes en passant par la coopération dans le domaine sécuritaire et énergétique, a été adopté il y a un mois par le collège des Commissaires européens.

Ce document "cristallise une nouvelle vision concernant les besoins de l'Algérie sur le plan économique par rapport à ce qui a été convenu dans l'Accord d'association" signé entre les deux parties en 2002 et mis en œuvre en septembre 2005, avait indiqué en février le ministre des Affaires étrangères à l'issue d'une rencontre, à Bruxelles, avec Federica Mogherini.

Une nouvelle interprétation positive des dispositions de cet accord, a-t-il poursuivi, s'est imposée en raison de l'évolution de l'économie algérienne lui permettant de faire l'impasse sur l'importation de certains produits qui étaient consacrés dans l'accord.

Dans l'objectif de faire de l'Accord d'association un instrument qui profite aux deux parties, l'Algérie a saisi en 2015 l'occasion du dixième anniversaire de l'entrée en vigueur de l'accord pour demander à l'UE l'ouverture de discussions sur une évaluation conjointe objective de la mise en œuvre de l'accord pour remédier à ce "partenariat asymétrique".

L'Accord d'association n'a pas permis d'atteindre les résultats escomptés par l'Algérie, notamment en ce qui concerne l'asymétrie qui caractérise les liens de coopération entre les deux parties, dans la mesure où l'accord a profité à l'UE qui a renforcé sa position commerciale en Algérie.

En 2010, cette situation a amené le gouvernement algérien à procéder au gel unilatéral des concessions tarifaires accordées à l'UE en vertu de l'Accord d'association. Après 8 rounds de laborieuses négociations, un compromis sur le report de la zone de libre-échange, prévue en 2017, à 2020 a été trouvé.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.