Sonatrach actionnaire à hauteur de 40% dans le méga-projet solaire

Publication: Mis à jour:
SONATRACH
A picture taken on February 8, 2015, shows the headquarters of Algeria's state-owned energy giant Sonatrach in the capital Algiers. Sonatrach plans to invest at least $70 billion over the next 20 years to exploit shale gas in the southern desert. AFP PHOTO / FAROUK BATICHE (Photo credit should read FAROUK BATICHE/AFP/Getty Images) | FAROUK BATICHE via Getty Images
Imprimer

Sonatrach sera le plus important actionnaire dans les sociétés du mega-projet solaire, dont l'appel d'offres sera lancé en mars. La compagnie participera au projet énergétique par une prise de participation de 40% dans chaque projet, alors que Sonelgaz et les entreprises publiques et privées nationales prendront 11%, a-t-on appris lors de la table ronde sur les énergies renouvelables en Afrique en marge du forum Powering Africa Summit à Washington.

Les entreprises privées algériennes, rapporte l'Agence de presse algérienne (APS), ne pourront toutefois pas prétendre à un taux supérieur à 6% dans le capital de chacune des sociétés du projet.

Le capital social de chaque entreprise sera, précise-t-on, réparti conformément à la réglementation régissant l'investissement étranger qui accorde une prise de participation de 51% à l'investisseur national et 49% au partenaire étranger.

Le projet en question prévoit ainsi la création de plusieurs sociétés chargées du financement, l'EPC (Engineering, Procurement and Construction), la mise en service des centrales solaires ainsi que la commercialisation de l'électricité produite.

Le groupe Sonatrach gagnerait à participer à ce projet qui lui permettrait de récupérer des volumes importants de gaz destinés à la production de l'électricité en les réorientant vers l'exportation, a-t-on expliqué.

Par ailleurs, les besoins d'endettement du projet énergétique doivent être assurés par un financement sans recours, basé sur la seule rentabilité d'un projet, selon les détails du projet d'appel d'offres.

Le financement de chaque projet de centrale solaire sera assuré à 30% par les fonds propres des actionnaires et à 70% par emprunt bancaire.


La répartition du capital dans les co-entreprises industrielles chargées de la fabrication des équipements destinés aux centrales solaires, se fera également conformément aux règles régissant l'investissement étranger.

Le ministère de l'Industrie et des Mines désignera les entreprises nationales publiques et privées devant s'associer avec Sonelgaz et Enie dans ces projets.

Quant au taux de participation des sociétés privées nationales au capital social des usines, ce sera arrêté en coordination avec le ministère de l'Industrie et des Mines.

Pour rappel, le projet, scindé en trois lots de 1.350 MW chacun, comprend deux parties, énergétique et industrielle, et prévoit la construction de plusieurs centrales dans les hauts plateaux et le sud du pays où le potentiel solaire est important.

Les centrales solaires, a-t-on précisé, seront implantées dans plusieurs wilayas comme Bechar, El Oued, Ouargla, Biskra, Djelfa et Msila.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.