Huffpost Maroc mg

Le roi rend hommage à Imad Ibn Ziaten, première victime de Mohamed Merah

Publication: Mis à jour:
IMAD
Le roi et plusieurs personnalités ont rendu hommage samedi à Imad Ibn Ziaten, première victime de Mohamed Merah | Latifa Ibn Ziaten
Imprimer

COMMÉMORATION - Une cérémonie à l'occasion de la commémoration du cinquième anniversaire du décès de Imad Ibn Ziaten, victime d’un acte terroriste perpétré en 2012 à Toulouse, a eu lieu, samedi à M’diq, ville d’où est originaire la famille du défunt.

Organisée par l'Association Imad pour la jeunesse et la paix, présidée par la mère du défunt, Latifa Ibn Ziaten, cette cérémonie a été marquée par la lecture d'un message royal, le conseiller du souverain, Omar Aziman.

Dans ce message, le roi Mohammed VI a appelé "l'ensemble des forces éprises de paix et de tolérance à endiguer la propagation des idées extrémistes, exprimant son rejet de la surenchère sur l’islam".

Des "périls liés à l’extrémisme"

Le souverain a également formé le souhait que "les acteurs de la société civile remplissent le rôle qui leur incombe à l’égard des jeunes: les encadrer et leur faire prendre conscience des périls liés à l’extrémisme et au repli sur soi’’.

Le roi a aussi rendu un hommage particulier à Latifa Ibn Ziaten, saluant l’action qu’elle mène à travers l’association qu’elle a créée pour la promotion de la culture de la paix, de la tolérance et du vivre-ensemble.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad, du ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l'Administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi, et du ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration, Anis Birou.

Le wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Yacoubi, le gouverneur de la préfecture de M'Diq Fnideq, Hassan Bouya, l'ambassadeur de France au Maroc, Jean-François Girault, était également présents, entre autres.

5 ans après

Le 11 mars 2012, Mohamed Merah tuait le sergent-chef Imad Ibn Ziaten d'une balle dans la tête à Toulouse. Quelques jours après, le 15 mars, il tue deux militaires et en blesse un grièvement avec la même arme automatique, à Montauban.

Le 19 mars, il tue trois écoliers et un enseignant juifs devant l'école Ozar Hatorah de Toulouse. Il sera abattu le 22 mars par la police française.

LIRE AUSSI: