En Tunisie, pourquoi un tel engouement pour Christine Taubira? Retour sur une visite remarquée

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Connue pour sa verve littéraire et son opiniâtreté politique, Christine Taubira a embrigadé la foule en Tunisie lors de la journée internationale de la femme, le 8 mars. L'ancienne garde des sceaux, ministre de la justice, ancienne députée de Guyane est venue à la rencontre des Tunisiens et des Tunisiennes notamment en étant reçue aux locaux de l'association tunisienne des Femmes Démocrates pour une entrevue avec les militantes féministes, à l'institut français de Tunisie pour une conférence sur le thème : "Je n’ai peur ni du racisme, ni du sexisme, ni de la bêtise : itinéraire d’une femme engagée" et enfin à la résidence de France à la Marsa pour une soirée en son honneur.

Avec simplicité et beaucoup de modestie, Taubira a répondu à l'engouement des Tunisiens par beaucoup de générosité; jusqu'au dernier moment à l'écoute de Tunisiens qui l'ont sollicitée pour discuter avec elle, pour dédicacer ses livres ou pour prendre une photo.

Au-delà de Taubira mania, les mots pour pointer des maux

Revenue sur les dessous de ses engagements politiques, entamés dès sa jeunesse, Taubira explique: "En marchant dans la vie, je me suis rendu compte qu'il y a des combats qui valent le coup d'être livrés parce qu'ils sont justes (...) la politique n'est pas pour moi une carrière mais un engagement pris par souci pour les autres, dénués de leurs droits, de leur liberté".

Menant des batailles politiques émaillées par des coups, des calculs politiciens, Taubira a été partie prenante mais elle avance que cela n'a pas dénaturé son idéalisme: "Chaque matin, j'arrose mes idéaux pour être sûre qu'ils fleurissent", lance-t-elle.

"Il n'y a pas de repos possible parce que d'autres avant moi se sont battus, je suis reconnaissante envers ceux en Guyane et partout dans le monde qui ont lutté pour arracher des droits et des libertés. Je me suis inscrite dans leur lignée, dans une dynamique historique qui est porteuse d'autres droits", a-t-elle ajouté en citant sa réforme pénale en France.

Pour elle, contrairement à l'économie changeante, les idées ne meurent jamais, en évoquant les philosophes des Lumières qui ont façonné sa perception du monde malgré leurs défaillances et leurs insuffisances. "Il y a par contre des idées qui tuent comme le fascisme ou le racisme", a-t-elle précisé.

À ceux qui considèrent que la démocratie est molle ou dure ou serait un modèle purement occidental, elle rétorque que cela n'est ni complètement faux, ni totalement vrai non plus: "Je crois qu'il faut toujours des règles connues de tous pour le vivre-ensemble sinon la force s'imposera. Quant à la démocratie, elle doit être toujours perfectible".


Le féminisme est un humanisme

Parmi un parterre de femmes, dont beaucoup sont issues de la société civile, Christine Taubira explique sa perception du féminisme: "Le féminisme est un humanisme dans sa capacité d'appréhender le monde, ses fonctionnements, son organisation et sa désorganisation, appréhender la centralisé de ses inégalités, l'inégalité entre les hommes et les femmes est la matrice des inégalités. Si on l'admet, on a admet une discrimination sur un fait de nature, cela signifie qu'on cautionnera toutes les autres inégalités fondées sur la religion, la race, l'orientation sexuelle, etc".

Des paroles fortement saluées par une salle conquise.

Taubira revient sur ce qu'elle appelle "les avatars du féminisme et des mouvements féministes partout dans le monde" qui ont encombré le mot féminisme de controverses. Malgré ces ratages et ces contradictions qui sont "humains", dit-elle, "il faut revenir à l'essentiel qui est que le féminisme est porteur d'une perception du monde purement humaine qui n'accepte pas l'idée, encore mois le fait de considérer la femme comme inférieure à l'homme, dépossédée de la totalité de ses droits en tant qu'être humain.

Pour elle, le combat féministe ne se fait pas sans les hommes, partie prenante dans cette lutte "parce que l'égalité sert aussi les hommes", a-t-elle conclu.

Close
Visite de Christine Taubira, le 8 mars en Tunisie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.