L'obésité touche plus de 50% de femmes et 36% d'hommes en Algérie

Publication: Mis à jour:
FAT
Close-up on a man measuring his belly at home | Ljupco via Getty Images
Imprimer

L'obésité touche plus de 50% de femmes et 36% d'hommes en Algérie, ont affirmé jeudi 9 mars 2017 plusieurs néphrologues mettant en garde contre les risques de ce phénomène à l'origine de plusieurs maladies dont l'insuffisance rénale.

Plusieurs études ont démontré la propagation du phénomène de l'obésité et les maladies que cela peut provoquer notamment les maladies cardiovasculaires, le cancer et l'insuffisance rénale, a indiqué le professeur Nacira Meziani, du Centre de cancérologie Pierre et Marie Curie, lors d'une rencontre organisée à Alger à l'occasion de la journée mondiale du rein, le 9 mars.

Les facteurs génétiques sont, dans 40% à 70%, à l'origine de l'obésité, outre les facteurs environnementaux tel un mode alimentaire déséquilibré, riche en sucre et en gras, "rependu actuellement dans la majorité des sociétés modernes", a-t-elle précisé.

Pour la prise en charge de ce phénomène, la spécialiste a appelé à la nécessité d'adopter un régime alimentaire adapté à la personne souffrant d'obésité, insistant sur l'importance de la pratique régulière du sport et du suivi sociopsychologique.

Concernant la chirurgie bariatrique, elle a affirmé que cette chirurgie "a prouvé son efficacité dans plusieurs cas", soulignant que "même si ce type de chirurgie contribue à réduire les chances d'atteinte d'hypertension artérielle (HTA) et évite d'autres complications, elle peut exposer le patient à d'autres troubles de la santé".

Dr. Alaa-Eddine Lasfar, néphrologue à l'Etablissement public hospitalier (EPH) de M'sila a mis l'accent sur l'importance de lutter contre le phénomène de surpoids au sein de la société algérienne, appelant à l'organisation de campagnes de sensibilisation à cet effet.

Dr. Nassim Kassa de l'EPH d'El Menia a appelé à la prise en charge de l'obésité chez le patient qui doit subir une opération de greffe de rein, pour lui éviter un éventuel rejet de l'organe greffé, soulignant l'importance de lutter contre le diabète et l'HTA, qui peuvent provoquer l'insuffisance rénale.

Le président de la Fédération nationale des Insuffisants rénaux (FNIR), Mohamed Boukhers a dit regretté la souffrance de 700 patients de la wilaya d'Alger, obligés à recevoir leurs soins à domicile, appelant les autorités concernées et à leur tête le ministère de la solidarité nationale à aider cette catégorie de la société.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.