Loi 52: Un an de prison et 1000 dinars d'amende pour les deux "bacheliers" de Siliana

Publication: Mis à jour:
FACEBOOK
Facebook Ghazi Mrabet
Imprimer

Les deux futurs bacheliers de Siliana, Dhia et Mohamed Amine, ont été condamnés à un an de prison ferme et 1000 dinars d'amende en vertu de la loi 52-1992, a annoncé l'avocat Ghazi Mrabet dans un post publié ce jeudi 9 mars sur page Facebook.

"Ces deux jeunes auraient dû passer le bac sport le mois prochain, ils auraient dû terminer leur baccalauréat" a noté Me Mrabet.
Il a, également, mentionné que le directeur du prison empêche les parents de ces derniers de les visiter.

Me Mrabet a indiqué que les deux jeunes souffrent: "D'après la mère de Dhia, son fils n'arrête pas de pleurer jour et nuit, et Mohamed Amine, asthmatique, a été transporté à l'hôpital, en début de semaine, pour recevoir les soins nécessaires."

Me Mrabet a pointé du doigt le laxisme des politiciens et a estimé qu'il est temps d'agir et de concrétiser les "promesses électorales" et "les annonces officielles". "

"Cette loi injuste frappe tous les jours chaque quartier, chaque famille..,"a-t-il dit en ajoutant que "la loi 52 a détruit la vie de 120 mille Tunisiens depuis 1992.

Dhia et Mohamed Amine, deux jeunes élèves de 18 ans du lycée Mongi Slim de Siliana ont été arrêtés dimanche, le 12 février, pour consommation de cannabis.

Il est à noter qu'en 2016, quelque 6700 personnes sur un total de 23 553 prisonniers étaient incarcérées pour consommation de drogues, selon une déclaration faite par le ministre de la Justice, le 3 janvier, devant la commission de la législation générale à l’Assemblée des représentants du peuple à l'occasion de l'examen par la commission de la législation générale du projet de loi relatif aux stupéfiants proposé par le ministère de la Justice.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.