L'Université Mohammed VI lance un diplôme dédié aux thérapies non médicamenteuses

Publication: Mis à jour:
DOCTOR
L'Université Mohammed VI lance un diplôme dédié aux thérapies non médicamenteuses | Hero Images
Imprimer

SANTÉ - L'Université Mohammed VI des sciences et de la santé (UM6SS) vient de lancer un diplôme inédit au Maroc, dédié à la prévention médicale et aux thérapies non médicamenteuses.

"La prise de conscience de l’influence des modes de vie sur la santé a changé l’approche de la médecine dite 'curative' pour laisser une place plus importante à la médecine 'préventive'", indique l'université dans un communiqué.

L’objectif de la formation est de donner aux praticiens "les clés, les outils et la motivation" pour intégrer l’approche préventive non médicamenteuse dans la gestion des risques de leurs patients. Autrement dit, penser à d'autres moyens que les médicaments pour prévenir ou soigner certaines maladies non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires, mentales ou le diabète.

Le programme, qui s’adresse aux médecins en exercice dans le cadre de leur formation continue, a débuté le 4 mars et se déclinera sous la forme de cinq modules jusqu'au 10 septembre.

Des cours sur les bienfaits de la bonne nutrition et de l’activité physique pour les malades porteurs de maladies chroniques, ou sur les traitements alternatifs comme l'acupuncture ou la phytothérapie contre les troubles du sommeil et le stress seront notamment proposés.

Prévenir plutôt que guérir

"Le but est de donner davantage d'importance à la dimension préventive, afin d'éviter le développement de certaines maladies qui ont un socle commun de facteurs de risques, souvent liés au mode de vie", explique au HuffPost Maroc le docteur Mouwafaq Safwane, professeur à l'UM6SS. "Il est nécessaire d'adopter une approche globale. Le médecin ne doit plus s'occuper des aspects seulement physiques, mais également sociaux et psychologiques du patient", ajoute-t-il.

Il s'agit ainsi pour les médecins d'apprendre à "prescrire" des activités physiques adaptées à des patients qui souffrent de maladies cardiovasculaires par exemple, ou de mettre en avant les bienfaits de certaines techniques de relaxation (sophrologie, auto-hypnose ou méditation) pour gérer les pathologies du sommeil.

L'intérêt de ce genre de formation est également économique. "Ces maladies doivent souvent être gérées dans la durée. Si on continue de les traiter uniquement avec des médicaments, cela revient très cher. Faire de la prévention permet ainsi de réaliser, à terme, des économies".

LIRE AUSSI: