Quand la mode marocaine se fait écolo

Publication: Mis à jour:
MODE ECOLO MAROC
Quand la mode marocaine se fait écolo |
Imprimer

ÉCO-FRIENDLY - Recycler, transformer, inventer: rien ne se perd, tout se crée et tout se transforme. Le credo vaut aussi pour la mode marocaine, qui sait se faire chic, moderne et désormais responsable.

Trois créatrices audacieuses prouvent que l'on peut créer des pièces originales dans des matériaux assez inattendus. Tour d'horizon en trois temps d'une nouvelle vague résolument fashion, made in Morocco et respectueuse de l'environnement.

Ghitta Laskrouif

Cette fan de travaux manuels diplômée de l’Esmod (École de stylisme et de modélisme) n’a jamais caché sa passion pour la mode à partir d’objets recyclés et vante la slow fashion, qui prône un comportement responsable au détriment de la surconsommation. Fils conducteurs de ses collections: l'attention accordée aux volumes, pour des créations architecturales, et le recours à des matériaux recyclés pour redonner une seconde vie à des vêtements usagés. On aime ses pièces à l'esprit marocain, ornées de perlages et de détails réalisés au crochet.

ghitta laskrouif

Alinfini

Sandrine Dole est installée au Maroc, où elle a créé en 2012 une marque originale baptisée Alinfini, qui propose des accessoires de maroquineries fabriqués à partir de ceintures de sécurité et autres sangles de voitures. Le résultat original mélange avec brio un côté métropolitain et hyper féminin. Sacs à emplettes, sac de voyage, pochettes de soirée... on craque littéralement pour les designs stylés et pour les couleurs modernes. Distribués au Maroc dans des concept stores, les articles de cette marque respectueuse de l'environnement sont aussi disponibles en France, en Belgique, en Espagne, en Suisse, en Chine et au Japon.

alinfini

Seaskin

Le poisson, vous avez l’habitude de l’avoir dans votre assiette, de l'admirer dans un aquarium ou dans son milieu naturel, mais rarement à votre bras. Nawal Allaoui pourrait bien vous faire changer d’avis. Elle a eu l’idée innovante de recycler des déchets de poissons pour en faire de la maroquinerie de luxe.

Une démarche aussi inattendue qu'originale. Au lieu de finir à la poubelle, les peaux de poisson sont transformées en un cuir de qualité pour créer des sacs, mais aussi des chaussures ou encore des coques de téléphone. Et pour convaincre les plus sceptiques, Nawal Allaoui tient à rassurer sur sa page Facebook: le cuir de poisson, sent le cuir, point barre. Ne reste plus qu'à vérifier (et adopter).

seaskin

LIRE AUSSI: A Marrakech, des ceintures de sécurité recyclées en accessoires "éco-chic"