Mawazine 2017 : une version estampillée "Mama Africa"

Publication: Mis à jour:
ALPHA BLONDY
Ivorian reggae singer Alpha Blondy performs during the closing ceremony of the Market for African Performing Arts (MASA) Festival at the Culture Palace in Abidjan March 8, 2014. Picture taken March 8, 2014. REUTERS/Thierry Gouegnon (IVORY COAST - Tags: SOCIETY ENTERTAINMENT) | Thierry Gouegnon / Reuters
Imprimer

CULTURE - La programmation de l'édition 2017 du festival Mawazine fera la part belle aux musiciens africains. Dès le 12 mai, Panache Culture, un groupe qui propose une nouvelle dimension au triptyque roots-rock-reggae avec une combinaison musicale aux sources 100% métissées, sera sur la scène du Bouregreg.

Le lendemain, samedi 13 mai, c’est MHD, un rappeur français d'origine guinéenne et sénégalaise, ancien membre du collectif parisien 19 Réseaux, qui se produira avec un hybride de rap et de dance inspiré par les artistes du Nigeria Davido et P-Square.

Les stars de la programmation seront sans doute Amadou et Mariam, couple de chanteurs maliens connus pour leur engagement associatif et politique. Ils seront sur scène le 14 mai. Après le chanteur angolais Bonga le lendemain, Ibibio Sound Machine, un collectif afro-londonien, prendra place mardi 16 mai sur la même scène.

Le festival prendra ensuite un tournant plus funky avec le Congolais Baloji (17 mai) et le Ghanéen Pat Thomas (18 mai). La vendredi 19 mai, la chanteuse trinidadienne Calypso Rose, qui s'était déjà produite à Mawazine en 2012, viendra chanter sur la scène du Bouregreg.

Enfin, le grand Alpha Blondy clôturera la programmation de cette 16e édition avec un concert, samedi 20 mai, qui s’annonce d’ores et déjà mythique.

LIRE AUSSI:
Revivez la 15e édition de Mawazine en 15 images marquantes