Des groupes islamistes s'emparent d'un site pétrolier en Libye (responsables)

Publication: Mis à jour:
LIBYA PETROLEUM
A picture taken on January 8, 2016 showssmoke billowing from a petroleum storage tank after a fire was extinguished at Al-Sidra oil terminal, near Ras Lanuf in the so-called 'oil crescent' along Libya's northern coast. At least four petroleum storage tanks were set ablaze during deadly fighting as the Islamic State group tries to seize coastal export terminals in eastern Libya, the National Oil Company said. / AFP / STRINGER (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images) | STRINGER via Getty Images
Imprimer

Des groupes islamistes se sont emparés d'un important site pétrolier dans le nord-est de la Libye, a indiqué samedi un responsable militaire.

Les Brigades de Défense de Benghazi (BDB) "sont arrivées jusqu'à l'aéroport principal de Ras Lanouf", a indiqué le colonel Ahmad al-Mismari, porte-parole des forces loyales aux autorités non reconnues basées dans l'est de la Libye.

"Les assaillants étaient équipés de tanks modernes et d'un radar pour neutraliser (notre) armée de l'air", a ajouté le colonel Mismari.

Mais "la bataille continue" et "la situation dans la zone du Croissant pétrolier demeure sous (notre) contrôle", a dit le porte-parole des forces commandées par le controversé maréchal Khalifa Haftar.

Ces dernières avaient pris le contrôle en septembre des quatre principaux sites pétroliers du pays --Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra--, qui assuraient l'essentiel des exportations libyennes d'or noir.

Mais les BDB, alliées à des tribus de l'est libyen, ont lancé vendredi une offensive pour tenter de reconquérir ces installations pétrolières.

Le gouvernement d'union nationale (GNA), installé à Tripoli (ouest) et dont l'autorité est contestée par le maréchal Haftar, a affirmé dans un communiqué "n'avoir aucun lien avec l'escalade militaire qui se déroule dans la région du Croissant pétrolier".

Depuis la chute en 2011 de Mouammar Kadhafi, qui dirigea la Libye d'une main de fer pendant 42 ans, le pays est déchiré par les rivalités entre ses milices mais aussi entre ses dizaines de tribus, composantes essentielles de la société.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.