Trump dénonce une "chasse aux sorcières" contre son ministre de la Justice

Publication: Mis à jour:
TRUMP
WASHINGTON, DC - MARCH 02: U.S. President Donald Trump waves as he walks on the South Lawn after he returned to the White House March 2, 2017 in Washington, DC. President Trump has returned from his trip to visit the USS Gerald R. Ford aircraft carrier in Newport News, Virginia. (Photo by Alex Wong/Getty Images) | Alex Wong via Getty Images
Imprimer

Donald Trump a dénoncé jeudi une "chasse aux sorcières" à propos d'accusations de contacts entre certains de ses fidèles soutiens, dont son ministre de la Justice Jeff Sessions, et des responsables russes durant la campagne électorale américaine de 2016.

"Jeff Sessions est un honnête homme", écrit Donald Trump dans un communiqué, accusant les démocrates d'avoir "perdu le sens de la réalité".

Il reconnaît toutefois que son ministre aurait pu répondre "plus précisément" lorsqu'il a assuré publiquement ne pas avoir eu de contacts avec des responsables russes pendant la campagne, alors qu'il a rencontré l'ambassadeur de Russie à Washington à deux reprises l'an dernier. "Mais ce n'était clairement pas intentionnel", poursuit Donald Trump. "Il n'a rien dit de faux."

"Toute cette histoire est une façon de ne pas perdre la face pour les démocrates qui ont perdu une élection que tout le monde pensait qu'ils devaient gagner", accuse-t-il. "Ils ont perdu l'élection et maintenant ils ont perdu le sens de la réalité".

"La véritable histoire, c'est toutes les fuites illégales d'informations classées et d'autres informations. C'est une véritable chasse aux sorcières!", conclut Donald Trump.

Allié de la première heure au Sénat du président républicain, dont il a inspiré la politique anti-immigration, Jeff Sessions a reconnu avoir rencontré l'ambassadeur russe aux Etats-Unis, Sergueï Kisliak, à deux reprises l'année dernière, en contradiction apparente avec des déclarations récentes, déclenchant de multiples appels à sa démission notamment chez les démocrates.

Jeff Sessions a tenté jeudi de faire taire le scandale en annonçant qu'il se tiendrait à distance de toute enquête sur d'éventuelles ingérences russes dans la campagne électorale américaine.

Donald Trump ne parvient pas à tourner la page de cette affaire russe, qui l'a déjà conduit à se séparer de son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, le 13 février.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.