Une artiste originaire de Casablanca veut envoyer une œuvre d'art sur la Lune

Publication: Mis à jour:
ANILORE BANON
Une artiste originaire de Casablanca veut envoyer une oeuvre d'art sur la Lune | Anilore Banon
Imprimer

CULTURE - Un petit pas pour l'art, un grand pas pour l'humanité. Telle serait la phrase qu'Anilore Banon, artiste française originaire de Casablanca, pourrait prononcer près de cinquante ans après l'arrivée du premier homme sur la Lune. Avec son projet baptisé Vitae ("la vie", en latin), ce n'est pas un homme mais une œuvre d'art qui devrait bientôt être envoyée sur la Lune.

Habituée des sculptures monumentales, l'artiste mûrit depuis six ans un projet un peu particulier. Réussir à envoyer une œuvre d'art sur le seul satellite naturel de la Terre, celui qui nourrit l'imaginaire de l'homme depuis toujours. Conçue comme une œuvre participative et évolutive, Vitae devrait faire son alunissage fin 2018 ou début 2019, soit un demi-siècle après le mythique voyage de Neil Armstrong.

"Je voulais créer une œuvre qui fasse contrepoids avec l'atmosphère lourde du climat mondial actuel et rassembler l'humanité autour de quelque chose de positif", explique l'artiste au HuffPost Maroc. "J'avais besoin pour cela de trouver un lieu symbolique et fédérateur".

vitae moon

Un million d'empreintes

Son œuvre d'art, qui ressemble à une fleur, sera recouverte d'un million d'empreintes de mains des quatre coins du monde, à l'image de celles déposées sur les grottes préhistoriques de Lascaux. Une application et un site participatif ont été lancés pour récolter les empreintes. Elles seront numérisées, réduites et superposées. L'artiste elle-même en récupère dans les écoles ou les hôpitaux, à l'aide d'une tablette tactile.

Construite en matériaux à mémoire de forme comme le nickel et le titane, Vitae changera d'aspect en fonction de la température. Elle sera fermée le jour et s'ouvrira la nuit pour "déployer l'humanité". Un faisceau lumineux émis par l'oeuvre pourra la rendre visible depuis la terre à certains moments à l'aide d'un télescope.

Des prototypes de l'œuvre ont déjà été créés par l'artiste. Un premier envoi a été effectué dans la stratosphère, à 50 kilomètres de la Terre, en 2015. Une autre maquette a été envoyée le 19 février 2017 sur la Station spatiale internationale (ISS), à bord de la fusée SpaceX.

Une œuvre artistique et scientifique

Pour faire aboutir ce projet insolite, Anilore Banon a travaillé pendant trois ans avec des équipes de l'entreprise française Dassault Systèmes, qui a financé en partie la conception de l'œuvre d'art aux côtés d'autres mécènes et collectionneurs. Des spécialistes de la robotique spatiale ont contribué à mettre en forme Vitae et à trouver les matériaux idéaux pour supporter des écarts de chaleur allant de +150°C à -150°C. Avant l'envoi sur l'ISS, l'artiste a travaillé avec la Nasa pour effectuer des tests de sécurité.

L'œuvre envoyée sur la Lune sera un peu particulière. Elle ne devra comporter aucune poussière et ses dimensions seront choisies en fonction du coût de l'envoi sur l'astre. Elle devrait ainsi mesurer entre 1 mètre 50 et 4 mètres 50, et peser entre 1 et 3 kilos maximum. Une rigueur scientifique qui donnera à l'œuvre son aspect final. "C'est un projet à la fois artistique et scientifique", rappelle Anilore Banon. "Albert Einstein ne disait-il pas que l'art et la science sont les deux grands messagers de la paix?"

Pour financer cette oeuvre, l'artiste va également lancer un projet de crowdfunding (financement participatif). En fonction de la somme donnée, le participant recevra des contreparties: un certificat personnel signé par l'artiste ou une de ses oeuvres d'art.

LIRE AUSSI: Cette photo de la super lune prise à Casablanca vaut le détour