France/présidentielle: Fillon, bientôt inculpé, reste candidat

Publication: Mis à jour:
FILLON
French presidential election candidate for the right-wing Les Republicains (LR) party Francois Fillon delivers a speech during a press conference on March 1, 2017 in Paris. Fillon said he will be charged over allegations he paid his wife and children for fake jobs but that he would not pull out of the campaign. Fillon, a conservative, said he would meet investigating magistrates on March 15 but denied all the allegations against him and reiterated that his family had 'assisted' him during his po | CHRISTOPHE ARCHAMBAULT via Getty Images
Imprimer

Le candidat de la droite à la présidentielle en France, François Fillon, englué dans une affaire d'emplois fictifs, a annoncé mercredi sa prochaine inculpation, tout en assurant qu'il allait rester candidat "jusqu'au bout" pour le scrutin d'avril-mai.

"Mon avocat a été informé que je serai convoqué le 15 mars par les juges d'instruction pour être mis en examen" (inculpé), a déclaré à la presse M. Fillon, le visage grave.

Dénonçant un "assassinat politique", François Fillon a affirmé s'en remettre "au peuple français". "Seul le suffrage universel et non pas une procédure menée à charge peut décider qui sera le prochain président de la République", a-t-il lancé.

"Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas, j'irai jusqu'au bout", a-t-il martelé.

Le candidat de droite, affaibli depuis près de deux mois par une affaire d'emplois fictifs présumés de son épouse, qui empoisonne sa campagne, a assuré qu'il se rendrait à cette convocation mais a dénoncé la date de sa convocation.

"Ce n'est pas moi seulement qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle", a-t-il jugé, alors que le premier tour du scrutin est prévu le 23 avril.

Triomphalement désigné lors de la primaire de la droite fin novembre, M. Fillon est en grande difficulté depuis la révélation fin janvier de cette affaire d'emplois fictifs par l'hebdomadaire Le Canard enchaîné, qui éclabousse aussi deux de ses enfants. Il avait lui-même indiqué qu'il se retirerait s'il était inculpé, avant de faire machine arrière, expliquant ne vouloir s'en remettre désormais qu'"au seul suffrage universel".

Mais celui qui partait grand favori de l'élection présidentielle a chuté dans les sondages: la candidate de l'extrême droite Marine Le Pen et l'ancien ministre de l'Economie du président socialiste François Hollande, Emmanuel Macron, repositionné au centre, sont désormais les mieux placés pour se qualifier au second tour du scrutin prévu en mai.

Depuis le début de l'année, la plupart des réunions publiques de M. Fillon sont désormais accompagnées de concerts de casseroles, souvent brandies par des militants de gauche.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.