Cette nouvelle technologie géniale va permettre de supprimer des tonnes d'emballages de fruits et légumes

Publication: Mis à jour:
MARQUAGE
Cette techno géniale supprime des tonnes d'emballages de fruits et légumes. | YOUTUBE/DELHAIZE
Imprimer

ÉCOLOGIE - La préservation de l'environnement n'est pas à l'abri des paradoxes. Ainsi, la plupart des grandes surfaces vendent les fruits et légumes bio sous emballage. Barquettes, films plastiques, filets... Autant de déchets superflus qui pourraient disparaître grâce à une nouvelle technologie.

Le "marquage naturel" permet de marquer directement leur peau, comme un tatouage. Mais à la différence de ce dernier, il n'altère pas le produit: il se contente de dépigmenter la peau. La durée de conservation n'est pas dégradée.

Dernièrement, la chaîne de magasins Delhaize, en Belgique, l'a adopté. Le marquage naturel est appliqué à 20 produits, pour une économie estimée à 13 tonnes d'emballages par an.

"Cette technologie ne présente que des avantages, se félicite le groupe dans un communiqué. Pas de colle, d'encre, de papier, de liquide ou tout autre matière; une consommation d'énergie minimale pour apposer ce logo; plus d'étiquette qui se décolle des fruits et des légumes."

En décembre dernier, la chaîne suédoise ICA, leader national avec 1350 magasins, a commencé le test sur les avocats et patates douces. "C'est une nouvelle technique, et nous cherchons des manières plus intelligentes de marquer nos produits. Nous pensons que nous avons trop de plastiques et d'emballages inutiles sur nos produits", a expliqué le responsable des fruits et légumes de l'enseigne au Daily Mail.

Plus tard dans l'année, ICA testera le marquage naturel sur des produits dont la peau se mange, pour connaître la réaction des clients.

Aux Pays-Bas, Nature & More teste aussi la technologie, tandis que Marks & Spencer marque ses noix de coco avec, au Royaume-Uni. A notre connaissance, aucune enseigne française ne s'y est encore intéressée.

D'après Sci-Tech Today, ce type marquage laser est pratiqué en Australie et en Nouvelle-Zélande depuis 2009, mais n'a été approuvé par les autorités européennes qu'en 2013.

Pour les légumes bio, un marquage est indispensable pour des questions de réglementations et de traçabilité. Mais aussi pour des raisons commerciales. En rayon, la grande distribution a besoin que les clients les distinguent des produits issus de l'agriculture conventionnelle, notamment pour qu'ils ne les pèsent en les faisant passer comme tel...

LIRE AUSSI: