Tahar Belabbas, membre de la Coordination de défense des chômeurs, arrêté avec 27 harraga et condamné à payer une amende

Publication: Mis à jour:
TAHAR BELABBAS
Facebook/Tahar Belabbas
Imprimer

Le membre de la coordination nationale de défense des droits des chômeurs (CNDDC) Tahar Belabbas a été arrêté à Annaba alors qu'il s'apprêtait à quitter clandestinement le pays, a rapporté lundi 27 février le quotidien El Watan.

M. Belabbas a été arrêté en compagnie de 27 autres "harraga", ou candidats à l'émigration clandestine, alors qu'ils s'apprêtaient à quitter le rivage d'une plage déserte à Séraïdi à bord d'une embarcation artisanale à destination de la côte italienne, selon la même source.

Âgés entre 25 et 45 ans, les mis en cause ont affirmé avoir payé 60 000 DA chacun à deux passeurs, identifiés parmi le groupe. Ces deux derniers ont été placés sous mandat de dépôt pour "trafic d'être humains", ajoute le journal.

Les 25 harraga, dont Tahar Belabbas, ont quant à eux comparu devant un juge qui a prononcé à leur encontre une condamnation à une amende de 20 000 DA.

Tahar Belabbas, 35 ans, a longtemps été le porte-parole de la CNDDC à Ouargla. Il a été au cœur ce collectif créé en 2011 et des mouvements de protestation organisés dans cette wilaya par les chômeurs.

En décembre dernier, rappelle El Watan, il a été interdit de quitter l'aéroport d'Alger pour participer au forum social maghrébin sur les migrations, qui se tenait à Tanger au Maroc.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.