Rétropédalage du ministre de l'Éducation concernant les établissements belges au Maroc

Publication: Mis à jour:
ECOLES BELGES
Rétropédalage du ministère de l'éducation, Luxe Radio répond au ministre | DR
Imprimer

ÉDUCATION - Nouveau rebondissement dans la polémique opposant les établissements belges au Maroc au ministre de l'Éducation nationale, Rachid Belmokhtar.

Dans un article publié aujourd'hui, Luxe Radio partage un démenti apporté par le ministre, suite à la mise en ligne jeudi 23 février par la chaîne radiophonique d'un article. Ce dernier citait le ministre de l'Éducation nationale, Rachid Belmokhtar, précédemment invité par la radio à s'exprimer dans son émission "Avec ou sans parures", indiquant que l'école belge de Dar Bouazza avait fait l'objet d'une convocation de la part du Wali de Casablanca, pour "non respect de la loi 06-00".

Le démenti du ministère indique en substance que "le ministre faisait allusion à un autre établissement, le but étant de s'enquérir de la situation administrative et juridique de l'établissement en question et non d'une éventuelle fermeture".

Luxe Radio accompagne sa mise au point d'extraits sonores de l'émission à laquelle avait participé le ministre. Ce dernier évoquait ainsi, sans la citer, "une école étrangère, énorme, qui vient d’ouvrir ses portes sur Dar Bouazza". "Je vous informe que le directeur d'académie a contacté le Wali à ce sujet et qu'aujourd'hui, ces gens sont convoqués", ajoutait le ministre sur les ondes de la radio.

Soulignant "l'ampleur de ce rétropédalage", et suite au communiqué des établissements belges au Maroc (EBM), qui dès le lendemain précisait "n'avoir reçu aucune convocation du Wali du Grand Casablanca", la radio a décidé de supprimer l'article du "jeudi 23 février dans lequel Rachid Belmokhtar "induit en erreur, et de manière injuste, (ses) auditeurs ainsi que (ses) lecteurs".

Pour rappel, la loi 06-00 n'autorise l'enseignement étranger que pour les "élèves arrivant de l'étranger après plusieurs années d'études". "Les lois doivent être respectées, même lorsqu'elles sont mauvaises", avait osé le ministre de l'Éducation sur les ondes de la radio.

LIRE AUSSI: