Des douaniers américains retiennent le fils de Mohamed Ali à l'aéroport: "D'où tirez-vous votre nom ?"

Publication: Mis à jour:
MOHAMED ALI BOXE
Photo prise le 26 mai 1965 à Lewiston, aux Etats-Unis, lors du championnat du monde de boxe des poids lourds au cours duquel le boxeur américain Mohamed Ali (Cassius Clay) (C) a conservé son titre de champion de monde en battant Sonny Liston (au sol) par K.O au premier round après une minute d'un combat arbitré par Joe Walcott (G).A picture taken May 26, 1965, in Lewiston, USA, during the world heavyweight boxing championship, at the end of which the American Muhammad Ali (Cassius | - via Getty Images
Imprimer

Début février, alors qu'il rentrait de la Jamaïque vers les Etats Unis, un fils du légendaire boxeur Mohamed Ali a été retenu et interrogé durant deux heures à son arrivée sur le sol américain. La raison, selon des médias américains ? Son nom à consonance arabe.

Etre le fils d'une personnalité n'est pas toujours un "laissez-passer" partout où l'on veut. Un des fils du légendaire boxeur Mohamed Ali en a fait l'expérience quand il a été retenu et interrogé pendant deux heures à son atterrissage aux Etats-Unis.
Mohamed Ali Jr., âgé de 44 ans, né à Philadelphie (Pennsylvanie) est pourtant porteur d'un passeport américain.

Il voyageait avec sa mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du boxeur décédé en 2016. A leur arrivée à l'aéroport international de Fort Lauderdale le 7 février, tous deux ont été retenus pour interrogatoire à en raison de la consonance arabe de leurs noms, a raconté M. Mancini, l'avocat et ami de l'intéressé, au Courrier-Journal de Louisville.
Questionné sur sa confession religieuse

La mère de Mohamed Ali Jr. a été relâchée après avoir montré aux douaniers une photo d'elle-même au côté de son ex-mari. Mais Ali Jr n'avait pas de photo et, selon M. Mancini, il a été retenu durant près de deux heures pour se voir demander à plusieurs reprises: "d'où tirez-vous votre nom?" ou "êtes-vous musulman?".

Il a répondu qu'il était musulman, comme son père, mais les douaniers ont poursuivi l'interrogatoire. "Pour la famille Ali, c'est clair que tout cela est directement lié aux efforts de M. Trump d'interdire l'entrée des musulmans aux Etats-Unis", a déclaré M. Mancini au Courrier-Journal.

Il faisait référence au décret, suspendu par la justice, pris fin janvier par le président américain Donald Trump pour interdire momentanément l'entrée aux Etats-Unis des citoyens de sept pays majoritairement musulmans.

M. Mancini a précisé qu'il tentait, de concert avec la famille Ali, de découvrir combien d'autres personnes avaient été retenues pour des interrogatoires similaires et qu'ils envisageaient une plainte au niveau fédéral. Les responsables de l'aéroport et des douanes n'ont pas répondu aux questions du journal sur cette affaire.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.