Le gouvernement prépare un projet de loi sur le droit d'asile. L'intégration des réfugiés est en jeu

Publication: Mis à jour:
REFUGIE
Migrant wait during the evacuation of a makeshift camp near Stalingrad metro station in Paris on November 4, 2016, one of several camps sprouting up around the French capital. Over 2000 migrants were moved by police from the Paris town center to a legal migrant camp. / AFP / LIONEL BONAVENTURE (Photo credit should read LIONEL BONAVENTURE/AFP/Getty Images) | LIONEL BONAVENTURE via Getty Images
Imprimer

Le nombre des réfugiés qui séjournent, actuellement, en Tunisie se situe aux alentours de 700, en majorité originaires de Syrie, a souligné, jeudi, le 23 février, le représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Mazin Abou Shanab.

Dans une déclaration aux médias, en marge d’une rencontre organisée, ce jeudi, à Tunis pour dresser le bilan des réalisations du Haut-Commissariat pour les réfugiés en Tunisie au titre de l’année 2016 et fixer les priorités pour 2017, le responsable onusien a précisé que les réfugiés établis en Tunisie sont issus de 23 nationalités appelant à faciliter leur intégration.

Abou Shanab a souligné que la coopération entre le HCR et la société civile tunisienne vise à élaborer un programme d’action bien précis voire une stratégie claire pour soutenir l’effort national en matière de protection et de prise en charge des réfugiés. L’objectif a-t-il encore souligné est de leur permettre de s’intégrer dans la société.

”Le gouvernement tunisien se penche actuellement sur l’élaboration d’un projet de loi sur le droit d’asile “, a-t-il indiqué formant l’espoir de voir ce projet de loi, être soumis à l’assemblée des représentants du peuple dans les plus brefs délais.

Et d’jouter: ”Ce projet de loi, une fois adopté, organisera le processus d’intégration des réfugiés et d’obtention de l’asile en Tunisie. “.

LIRE AUSSI:Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugies aide la Tunisie à se préparer à un "afflux potentiel" de réfugiés

Selon Abu Shanab, le HCR œuvre actuellement à assurer une intégration provisoire aux demandeurs d’asile en Tunisie.
Par ailleurs, le responsable onusien a souligné que l’effort sera axé en 2017 sur l’élargissement de l’espace de protection des réfugiés en Tunisie, l’amélioration de leurs conditions de vie et la mise en place d’un système national d’asile.

”Le HCR continue de travailler avec le gouvernement tunisien et ses différentes institutions dans les domaines de la protection et de l’assistance des réfugiés outre le sauvetage en mer, le cas échéant.

Il est à noter que le chef du gouvernement Youssef Chahed a pris une position ferme concernant ce dossier lors d’un point de presse conjoint avec la chancelière allemande Angela Merkel en Allemagne où il a assuré que la Tunisie ne sera jamais une terre de passage pour les réfugiés et qu’elle n’hébergera aucun campement de ces derniers.

LIRE AUSSI: Rencontre, en Allemagne, entre Youssef Chahed et Angela Merkel : L'immigration clandestine au cœur du débat

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.