La capacité du monde à se nourrir est en péril selon l'ONU (Rapport)

Publication: Mis à jour:
HUNGER AFRICA
Mike Hutchings / Reuters
Imprimer

FAMINE - Manger de la viande quotidiennement ou jeter le reste de son repas à la poubelle, des qui peuvent paraître banals. Mais qui ne le seront plus d’ici quelques années. Le monde aura du mal à se nourrir durant les prochaines décennies si des changements majeurs ne sont pas très vite mis en place, alerte mercredi 22 février les Nations Unies dans un rapport prédisant un futur morose et affamé. Plus de 637 millions de personnes dans les pays pauvres souffriraient de sous-alimentation d’ici à 2030, prédit la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Les experts estiment que 10 milliards de personnes habiteront la Terre en 2050, contre 7,3 milliards à ce jour. Et la façon avec laquelle les aliments sont actuellement cultivés et distribués n’aide en rien la situation, explique la FAO dans le rapport. Mais pour nourrir toutes ces bouches, la production agricole mondiale devra augmenter de 50%, prédit le rapport, ce qui renforce la pression exercée sur les ressources naturelles déjà surexploitées.

fao

La population croissante n’est pas la seule coupable dans l’affaire; la pression des agriculteurs sur les ressources naturelles ainsi que les changements climatiques causées par l’Homme sont aussi à blâmer.

"Presque la moitié des forêts sur cette terre ont maintenant disparu. Les sources en eaux souterraines s'amenuisent rapidement et la biodiversité a été particulièrement affectée", révèle le rapport.

Un changement est possible

Mais il n’est pas encore trop tard, et pour éviter de se retrouver sans ressources naturelles durant les prochaines décennies, la FAO préconise "une réduction drastique de la consommation de combustibles fossiles dans l’ensemble de l’économie et en particulier dans l’agriculture". L’organisation appelle aussi les gouvernements à renforcer les collaborations internationales pour faire face aux menaces qui pèsent sur les systèmes agricoles et alimentaires, et ainsi atteindre l’objectif faim zéro en 2030 que le Programme de développement durable de l’ONU avait établi. Le compte à rebours a déjà commencé.

LIRE AUSSI: