La diversification de l'offre nationale passe par les investissement dans les énergies fossiles et renouvelables

Publication: Mis à jour:
SONATRACH
the logo of The state energy company Sonatrach is pictured on a gate outside of the the headquarters in Algiers, Algeria june 26, 2016.Reuters/Ramzi Boudia | Ramzi Boudina / Reuters
Imprimer

L'Algérie, qui célèbre le 46ème anniversaire de nationalisation des hydrocarbures, continue d'investir dans les énergies fossiles tout en s'engageant dans un vaste programme de développement des énergies renouvelables pour diversifier l'offre nationale et réussir sa transition énergétique.

Pour les cinq prochaines années, la production de pétrole devrait connaître une courbe ascendante en atteignant les 75 millions de tonnes en 2017 et 2018, avant de passer à 77 millions de tonnes en 2019 pour s'établir autour de 82 millions de tonnes en 2020.

Ainsi, Sonatrach consacre entre 2015 et 2021 des investissements annuels de plus de 9 milliards de dollars dans les projets d'exploration et d'exploitation, dont les premiers résultats ont permis d'enregistrer une augmentation de la production dès 2016 après plusieurs années de baisse.

Durant l'année écoulée, la production primaire d'hydrocarbures était passée à 196 millions de tonnes équivalent pétrole (Tep) contre 191 millions de Tep en 2015, tandis que les volumes commercialisés ont atteint les 163 millions de Tep avec 108 millions destinés à l'exportation et 55 millions de Tep pour satisfaire la demande du marché local.

Concernant le gaz naturel, la production nationale est appelée à atteindre 141,3 milliards de mètres cubes (m3) en 2017, puis 144 milliards m3 en 2018, 150 milliards m3 en 2019 et 165 milliards m3 en 2020.

En plus de l'amont, le groupe pétrolier national se redéploie de plus en plus dans l'aval du secteur des hydrocarbures à travers plusieurs projets de raffinage et de pétrochimie.

C'est ainsi qu'en matière de raffinage, Sonatrach a lancé un programme de réalisation de quatre (4) raffineries d'une capacité de cinq (5) millions de tonnes chacune, à Hassi Messaoud, Tiaret, Skikda et Arzew.

Pour l'optimisation et la valorisation des produits issus de la raffinerie de Skikda, deux autres projets sont lancés à savoir le complexe de cracking du fuel d'une capacité de 4,5 millions de tonnes pour la maximisation de la production du gasoil, et deux complexe de reforming de naphta d'une capacité globale de 3,4 millions de tonnes pour la maximisation de la production de l'essence.

Dans le domaine de la pétrochimie, Sonatrach mène, actuellement, des discussions avec divers partenaires internationaux technologues pour la réalisation en partenariat de cinq (5) projets pétrochimiques.

Il s'agit du projet de complexe de craqueur ethane et GPL d'un (1) million de tonnes d'éthylène, du projet de complexe de PDH PP d'une capacité de 600.000 tonnes et du projet de complexe de méthanol et dérivés d'une capacité d'un (1) million de tonnes.

Les deux autres projets concernent le complexe de caoutchoucs synthétiques ainsi que le projet de complexe de pneus de 5 millions d'unités.

Le groupe a aussi lancé dans le domaine de la pétrochimie trois projets en effort propre dont le premier concerne le projet de réhabilitation de l'unité éthylène du complexe pétrochimique de Skikda pour produire 120.000
tonnes d'éthylène/an.

Il s'agit aussi de la réalisation d'un complexe de production de méthyl tert-butyl éther (MTBE) d'une capacité de 200.000 tonnes/an et du projet de complexe de l'alkyl linéaire de benzène (LAB) d'une capacité de 100.000 tonnes/an.

Renouvelables: une priorité pour diversifier le mix énergétique


Placé par le gouvernement au rang de priorité nationale pour préserver les ressources fossiles, prolonger durablement l'indépendance énergétique du pays et diversifier les sources de l'électricité, le Programme national de développement
des énergies renouvelables prévoit une production d'ici à 2030 de 22.000 mégawatts d'électricité de sources renouvelables, destinée au marché intérieur, en plus de 10.000 mégawatts (MW) supplémentaires à exporter.

Le déploiement à plus grande échelle du photovoltaïque et de l'éolien sera accompagné, à moyen terme, de la production d'énergie à partir du solaire thermique, ainsi que l'intégration de la cogénération, de la biomasse et de la géothermie.

Ainsi, l'énergie de sources renouvelables devrait représenter 27% de la production globale d'électricité en 2030 et le double de la capacité actuelle du parc national de production d'électricité.

Cet objectif permettra de réduire plus de 9% de la consommation d'énergie fossile à l'horizon 2030, d'économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit 63 milliards de dollars sur 20 ans.

Jusqu'à présent, le secteur a réalisé 400 MW à partir d'énergies renouvelables à travers la centrale électrique hybride de Hassi R'mel (100 MW) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1 MW), auxquels s'ajoutent 22 stations électriques solaires d'une capacité de 343 MW à travers 14 wilayas, dont 270 MW qui sont déjà en service et 73 MW devant entrer en service fin janvier 2017.

En outre, un appel d'offre national et international sera lancé en 2017 pour la production de 4.000 MW d'électricité à partir de sources renouvelables avec un cahier des charges obligeant les investisseurs nationaux et étrangers de produire et d'assurer le montage local des équipements industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïques.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.