Intel domine le marché des composants et mise sur l'Internet des objets

Publication: Mis à jour:
THUMBNAIL_INTELIOTVISION
DR
Imprimer

La restructuration des fabricants traditionnels de composants électroniques sera longue. Ils seront mis à rude épreuve dans la conquête des futurs marchés des technologies mobiles marqués par la dominance de l’Internet des objets et les technologies portables (wearables).

La majorité des fabricants de puces électroniques ont toujours sous-estimé les nouveaux systèmes et applications utilisés dans les terminaux. Les anciens efforts de recherche et développement étaient axés sur l’augmentation de la puissance de calcul des PC et l’optimisation de leur consommation d’énergie, alors que les utilisateurs ont décidé d’abandonner leurs ordinateurs de bureau pour se brancher avec les performances des technologies mobiles et les remplacer alors par les terminaux intelligents.

Dès l’année 2011, les observateurs du marché mondial des produits informatiques ont enregistré la première chute des ventes de PC au profit des tablettes qui a fait trembler les fournisseurs traditionnels de composants électroniques et de systèmes d’exploitation après la perte d’une partie du chiffre d’affaires qu’ils réalisaient sur ce segment.

Les compagnies comme Intel et Microsoft ont alors décidé d’orienter leurs investissements vers les technologies mobiles dans l’espoir de rattraper le temps perdu et gagner des parts dans un marché dominé par ARM, Google et Apple. En 2012, Intel a mis en place sa première plateforme de fabrication de puces System on a Chip (SoC), spécialisée dans la fabrication des puces électroniques assurant des fonctions bien précises, et dédiée aux terminaux mobiles, et ce afin d'augmenter la capacité des batteries, améliorer le refroidissement du processeur et changer l'architecture interne du terminal. Ses processeurs Atom et Core commencent à être utilisés dans la fabrication des tablettes et smartphones.

La restructuration des fabricants traditionnels de composants électroniques sera encore plus longue. Ils seront mis à rude épreuve dans la conquête des futurs marchés des technologies mobiles marqués par la dominance de l’Internet des objets et les technologies portables (wearables). C’est dans ce contexte qu’Intel a tenté de réussir son entrée dans l’espace des terminaux intelligents.

Leader

Selon le cabinet Gartner, en 2016, Intel est resté le leader du marché des composants électroniques avec 54 milliards de dollars de facturations, en hausse de 4.5% et une part de marché (PDM) de 15.9%. Fort d'un chiffre d'affaires en progression de 6,1% à 40,14 milliards de dollars, Samsung se classe deuxième. Qualcomm complète le podium avec 4,5% de PDM. Cette performance d’Intel dans le secteur de l’industrie électronique mobile illustre parfaitement la progression de la firme américaine sur la quasi-totalité de ses branches dont celle du Client Computing Group, qui intègre les ventes de processeurs, chipsets et de puces diverses destinées aux terminaux mobiles. Son chiffre d'affaires a dépassé les 32,9 milliards de dollars, en hausse de 2 % sur une année.

Pour leur part, les composants mémoire de la société Samsung ont connu un grand succès grâce à une forte demande des fabricants de smartphones. La société sud-coréenne est devenue l'un des plus grands fabricants de composants Nand flash

(mémoire flash) dans le monde. Pour progresser, Intel prévoit de concentrer ses efforts sur l’augmentation de la capacité mémoire dans les différents supports mobiles. La compagnie lancera l’année prochaine les composants mémoire Optane, de type non-volatile, basés sur la technologie 3D Xpoint. Ces puces mémoire qui ne sont pas destinés au stockage, sont une sorte de super flash qui font office de cache pour accélérer le traitement des données.

Elles pourront alors déplacer de grandes quantités de données plus rapidement entre différentes unités de traitement des données. Ce qui pourrait aider la compagnie américaine à concentrer ses efforts sur l’amélioration des technologies de stockage et de traitement des données dans les Datacenters. Il est à préciser que le Data Center Group d’Intel est la deuxième branche la plus importante de l’entreprise, avec des revenus de 17,2 milliards de dollars en 2016, en hausse de 8 % par rapport à l’année 2015. Face au déclin du PC, le groupe de Santa Clara qui s'est déjà vu rafler le marché des smartphones par Qualcomm et ARM, tente d’intégrer le marché des objets connectés. En effet, ce marché doit lui servir de relais de croissance pour compenser les pertes dues au recul du marché des ordinateurs personnels.

D’autant, que l'Internet des objets a été en 2016 le troisième pilier d'Intel, grâce à une hausse de 15 % des revenus liés à cette activité, atteignant 2,6 milliards de dollars. Cela dit, Intel dispose d’une dernière chance pour démontrer qu’elle est capable de réussir son pari. Selon Gartner, à l’horizon 2020, 26 milliards d'objets connectés seront fonctionnels dans le monde. Ampoule domestique, capteurs industriels, caméras de sécurité, voitures autonomes, ou touts autres appareils potentiellement connectables aiguilleront les données vers les serveurs. Un formidable gisement d'opportunités pour Intel.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.