Néji Jalloul: Ceux qui exigent ma révocation devront attendre les prochaines élections

Publication: Mis à jour:
NEJI JALLOUL
Facebook/Néji Jalloul
Imprimer

Le ministre de l’Education Néji Jalloul a déclaré, mercredi, que les mouvements de protestation demandant sa révocation sont une “affaire normale” qui ne le “dérange pas”, estimant que “chaque citoyen a le droit de réclamer le remplacement d’un ministre, dans le cadre de l’exercice démocratique”.

Jalloul réagissait à la grève observée ce mercredi par les enseignants des collèges et des lycées secondaires pour revendiquer sa révocation, alors qu’il effectuait une visite à l’école primaire Cherfech 24 à Sidi Thabet (gouvernorat de l’Ariana) où il a supervisé l’installation du Conseil de l’élève citoyen.

“Je comprends les revendications des enseignants, y compris celles relatives à ma révocation”, a-t-il déclaré.
Et d’ajouter: “Ceux qui exigent ma révocation devront attendre les prochaines élections, parce que je poursuivrai la réforme de l’éducation et redoublerai d’efforts pour consacrer le principe de citoyenneté chez nos enfants, et pour ancrer la culture de la démocratie et des élections en eux dans le but de former une nouvelle génération de citoyens responsables et conscients de leurs droits et leurs devoirs envers la patrie”.

LIRE AUSSI: Grève des enseignants: Les mouvements anti-Jalloul divisent

Le ministre a en outre expliqué que l’exercice de la pratique démocratique à travers le Conseil de l’enfant citoyen est une partie intégrante du processus d’édification qui vise à faire de la démocratie et des élections un élément vital de l’identité arabo-musulmane modérée.

“La consécration des principes universels et des nobles valeurs chez les élèves, à travers les cours d’éducation civique dispensés de manière moderne et non traditionnelle, entre dans le cadre de la réforme éducative escomptée”, a-t-il encore souligné.

Une véritable campagne électorale a été menée à l’école Cherfech 24, moyennant affiches et banderoles résumant les promesses électorales (amélioration de l’environnement de l’école, programmes récréatifs et d’animation, clubs culturels, etc) ainsi que le passage aux urnes dans des bureaux de vote aménagés pour la circonstance, avec un chef de bureau, des membres et des observateurs. Une ambiance festive a marqué cet événement et les élèves étaient fiers de participer à l’opération de vote, a constaté la correspondante de l’agence TAP.

Les enseignants des collèges et des lycées secondaires ont observé ce mercredi une grève, accompagnée de sit-in dans le délégations régionales de l’Education depuis lundi et d’un rassemblement des enseignants prévu le 1er mars devant le ministère de l’Education et le palais du gouvernement à la Kasbah “jusqu’à ce que le ministre de l’Education soit remplacé”, selon les déclarations du secrétaire général de l’enseignement secondaire Lassaad Yaacoubi.

LIRE AUSSI: "Je ne démissionnerai jamais", prévient Néji Jalloul

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.