Nike rend hommage aux femmes athlètes du Monde arabe dans sa nouvelle campagne

Publication: Mis à jour:
NIKE CAMPAIGN 2017
La nouvelle campagne de Nike | Nike
Imprimer

ENGAGEMENT - La nouvelle campagne de Nike n’est pas qu’une simple publicité bien élaborée par les marketeurs ; c’est un véritable hommage aux femmes athlètes du Monde arabe. Intitulée "Que dira-t-on de toi ?", la campagne souligne la difficulté et les obstacles que rencontrent les femmes arabes pour devenir des athlètes professionnelles et poursuivre une carrière sportive.

Dans un domaine dominé par la gent masculine, quatre femmes athlètes, égéries de la nouvelle campagne de Nike, se démarquent et s'imposent comme de redoutables concurrentes dans leurs disciplines. La marque de vêtements de sport a ainsi choisi d’être représentée par la boxeuse jordanienne Arifa Bseiso, la patineuse artistique émiratie Zahra Lari, sa compatriote et athlète de parkour Amal Murad, l’escrimeuse tunisienne Inès Boubakri, mais également la célèbre chanteuse émirato-yéménite Balqees Fathi.

Dans la vidéo de la campagne, on entend la voix de l’artiste saoudienne Fatima Al-Banawi qui répond à la question "Que dira-t-on de toi ?", essayant de deviner la réaction de la société arabo-musulmane face à une femme décidée à s'adonner à un sport de compétition.

"Tu ne devrais pas être là", "Ce n’est pas très féminin", "Tu n’es pas faite pour ça"... lui dira-t-on. Mais elle peut choisir d’écouter la voix en elle, celle qui lui souffle "Tu es forte", "Personne ne peut t’arrêter", "Tu trouveras ton chemin" ou encore "Tu vas devenir quelque chose de grand".

Briser les stéréotypes

"Il y a une peur de se démarquer et de faire quelque chose qui ne fait pas partie de la norme…mais il ne faut pas avoir peur de sa propre grandeur", explique Amal Mourad au magazine Vogue Arabia.

amal mourad

Après s’être essayée à de nombreux sports, allant du basketball au CrossFit, la jeune émiratie Amal Mourad a trouvé sa voie dans le parkour, un sport récent qui consiste à se déplacer en un minimum de temps d’un point à l’autre en milieu urbain, en évitant les obstacles comme les murs ou les passants. Amal demeure à ce jour la seule coach de parkour émirati aux UAE et anime un cours de parkour pour femmes à Dubai, tout en ayant un travail à plein temps en tant que graphiste.

arifa bseiso

De son côté, la jordanienne Arifa Bseiso brise aussi les stéréotypes liés au genre dans son pays, en se lançant dans la boxe. Diplômée en production audiovisuelle et journalisme, Arifa n’a découvert sa passion pour la boxe qu’à l’âge de 23 ans, alors qu’elle voulait juste "améliorer sa forme et perdre du poids", selon Reuters. Elle finit par décrocher, deux ans plus tard en 2009, le titre de championne nationale de boxe dans sa catégorie.

Et si dans le patinage les tenues se font courtes et légères, se présenter avec un voile sur la tête peut paraître étrange, mais pas déstabilisant pour autant aux yeux de Zahra Lari. "On m’a beaucoup critiquée tout au long de mon parcours, mais je n’ai pas laissé ces critiques m’atteindre", dit Zahra à Vogue Arabia.

Si la jeune patineuse émiratie a déjà représenté son pays lors de compétitions internationales, comme en Italie, en Hongrie, en Slovakie, elle vise à présent les Jeux Olympiques de PyeongChang 2018 et ne compte pas rentrer bredouille.

inès boubabkri

Inès Boubabkri, elle, est déjà une habituée des Jeux Olympiques. Elle a participé aux compétitions de 2008 et 2012, mais c’est en août dernier que la Tunisienne remporte à Rio la médaille de bronze, une victoire historique puisqu'elle devient alors la première femme africaine à remporter un titre olympique au fleuret. Elle dédiera sa victoire "à la femme tunisienne" et à "toutes celles qui se battent pour la liberté".

HuffPost Maroc vous laisse découvrir la vidéo de Nike mettant en scène ces femmes déterminées à provoquer un changement dans leur société :

LIRE AUSSI: