Marine Le Pen se rend chez le grand mufti de Beyrouth au Liban en sachant qu'elle ne pourra pas le voir

Publication: Mis à jour:
LE PEN MUFTI LEBANON
Marine Le Pen, French National Front (FN) political party leader and candidate for French 2017 presidential election, leaves after refusing a headscarf for her meeting Lebanon's Grand Mufti Sheikh Abdul Latif Derian, in Beirut, Lebanon February 21, 2017. REUTERS/Aziz Taher | Aziz Taher / Reuters
Imprimer

POLITIQUE - Un coup de com' à peu de frais pour la présidente du Front national? Marine Le Pen, candidate d'extrême droite à la présidentielle, a refusé ce mardi 21 février de porter le voile pour rencontrer le grand mufti de Beyrouth dans la capitale libanaise, en marge de son voyage diplomatique.

Comme ceci était prévu avant la rencontre, un voile a été tendu à la présidente du Front National à son arrivée sur place. Une condition pour rencontrer Abdellatif Deriane dans ses bureaux d'Aïcha Bakkar qui avait été communiquée à l'avance à Marine Le Pen.

"La plus haute autorité sunnite du monde n'avait pas eu cette exigence, par conséquent je n'ai aucune raison de... Mais ce n'est pas grave, vous transmettrez au grand mufti ma considération mais je ne me voilerai pas", a dit Marine Le Pen, qui est repartie aussitôt (vidéo ci-dessous).

"La demande lui avait été transmise hier"

La candidate faisait référence à sa visite en mai 2015 en Egypte où elle avait rencontré Ahmed al-Tayeb, le grand imam d'Al-Azhar au Caire. Pourtant, la présidente du Front national avait été prévenue des conditions du rendez-vous.

"La demande lui avait été transmise hier et elle avait fait savoir qu'elle ne le ferait pas. L'invitation n'avait pas été annulée" et Marine Le Pen s'est rendue à la rencontre, a-t-on précisé dans l'entourage de la présidente du FN.

Coup de com'?

Marine Le Pen, qui savait très bien qu'elle ne serait pas reçue sans voile, a-t-elle mis en scène cet incident? Quoi qu'il en soit, il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que cette séquence se transforme en argument électoral. Quelques instants après ce rendez-vous avorté, le numéro 2 du FN, Florian Philippot, se félicitait sur Twitter de ce "magnifique message de liberté et d'émancipation envoyé aux femmes de France et du monde".

Marine Le Pen est en visite depuis dimanche et jusqu'à mardi après-midi au Liban. Elle doit rencontrer le patriarche maronite Bechara Raï et doit ensuite s'entretenir avec Samir Geagea, chef du parti des Forces libanaises.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.