Les très petites et moyennes entreprises gâtées par la garantie de l'État

Publication: Mis à jour:
GARANTIES CCG
Pexels / Margrethe Vesth-Wiersholm
Imprimer

ECONOMIE- Principal levier de financement pour les très petites et moyennes entreprises (TPME), la garantie institutionnelle de la Caisse centrale de garantie (CCG) permet au secteur bancaire de mettre de côté sa frilosité dans l’octroi de crédit, en s’adossant à une garantie étatique, voire un cofinancement.

En 2016, la garantie des crédits en faveur des entreprises a poursuivi son essor de façon significative, affichant une progression annuelle de 41% en 2016, avec un volume de crédits garantis de 14,4 milliards de DH. Le volume des garanties accordées s’est pour sa part établi à 7,7 milliards de DH. Les crédits investissements, destinés au financement de la création, développement et transmission des TPME, qui ont totalisé 3 milliards de DH, enregistrent une hausse de 36% par rapport à 2015. Ces crédits ont permis de générer 4,9 milliards de DH d’investissements et la création de plus de 15.500 emplois. Les Crédits d’exploitation, dédiés au financement des besoins de fonctionnement ont atteint quant à eux un volume de 10 milliards de DH, soit une progression de 49% par rapport à 2015.

A noter que les principaux secteurs bénéficiaires de la garantie de la CCG au titre de l’exercice 2016 relèvent principalement de l’industrie (28%), du commerce et de la distribution (27%) et du BTP (23%). En termes de répartition des engagements de garantie par banque, BMCE Bank vient en tête (33%) suivie du Groupe Banques populaires (28%) et d’Attijariwafabank (19%).

Par contre, l’activité de cofinancement de la CCG avec les banques a quant-à-elle enregistré en 2016 un volume de crédits octroyés de 2 milliards de DH, en baisse de 12% par rapport à 2015.

ccg

LIRE AUSSI: