La Tunisie 123ème économie en matière de liberté économique, selon l'Heritage Foundation

Publication: Mis à jour:
LIBERT
Heritage Foundation
Imprimer

La faiblisse institutionnelle et la lenteur du régime réglementaire font reculer le classement de la Tunisie, selon l’indice de liberté économique de l’Heritage Foundation.

Le Think Tank américain prônant la liberté économique basé à Washington, Heritage Foundation vient de publier son rapport sur la liberté économique dans le monde. La Tunisie a été classée cette année 123ème économie mondiale et 10ème au niveau régional juste après le Maroc. Le score de la Tunisie a connu une baisse 1,9 point pour revenir à 55,7 sur 100 cette année.

heritage

Quatre axes sont retenus dans l’analyse ou encore dans la perception du degré de liberté économique à savoir: le cadre réglementaire, la taille du marché, l’efficacité réglementaire et l’ouverture du marché.

Pour ce qui est de l’évolution du cadre réglementaire en Tunisie, le rapport épingle le rôle de la faiblesse de l’Etat et l’essor de la corruption qui entravent l’application de la loi et la protection des droits de propriété.

Sur le plan des dépenses budgétaires et l’évolution de la pression fiscale, le rapport souligne que la charge fiscale globale équivaut à 22,5% du revenu national total. Les dépenses publiques ont représenté 29,8% de la production totale (PIB) au cours des trois dernières années et les déficits budgétaires ont été en moyenne de 5,0% du PIB. La dette publique équivaut à 54,5% du PIB.

liberté

Des dépenses populistes

Un retard a été également observé en matière de liberté de faire des affaires et la liberté de travail. De ce fait et selon la même source, le cadre réglementaire manque encore de transparence et d'efficacité en Tunisie. Le respect des exigences en matière d'octroi de licences reste lourd. Par ailleurs la rigidité du marché de travail n'a pas généré une croissance dynamique de l'emploi.

"En 2016, les tensions sociales ont déclenché des politiques de dépenses populistes pour apaiser un électorat frustré, mais les prix bas du pétrole devraient permettre au gouvernement d'atteindre son objectif de suppression progressive des subventions aux carburants", ajoute le rapport.

S’agissant du dernier axe, celui de l’ouverture du marché et malgré l’amélioration du score de la Tunisie en matière de liberté commerciale, Heritage Foundation pense que les entreprises publiques faussent l'économie. Le rapport a mis l’accent comme à l’accoutumée sur la fragilité du secteur financier et le sous-développement du marché des capitaux outre les difficultés d’accès aux crédits.

Selon les auteurs du rapport "le dynamisme économique reste limité en Tunisie par des faiblesses institutionnelles qui restent sans réponse, principalement parce que l'instabilité politique a entravé une action gouvernementale décisive. Le régime réglementaire, malgré certaines améliorations, reste lourd et freine l'activité entrepreneuriale dynamique. Le régime commercial fermé et les marchés du travail rigides empêchent, en grande partie, l'émergence d'un secteur privé dynamique". Et d’ajouter: "Des réformes plus profondes pour améliorer la gouvernance et renforcer les piliers essentiels de la liberté économique sont nécessaires pour pousser l'économie sur une voie positive de transition".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.