Pays-Bas: Geert Wilders et la "racaille" marocaine

Publication: Mis à jour:
GEERT WILDERS
Pays-Bas: Geert Wilders et la "racaille" marocaine | Michael Kooren / Reuters
Imprimer

POPULISME - Les frasques anti-Marocains de Geert Wilders ne sont pas terminées. Le député néerlandais d'extrême-droite, qui avait été reconnu coupable d'incitation à la discrimination en décembre dernier, a de nouveau fait parler de lui samedi 18 février.

Alors qu'il est en pleine campagne pour les élections législatives du 15 mars aux Pays-Bas, Geert Wilders a évoqué "la racaille marocaine" lors d'un meeting dans une bourgade au sud de Rotterdam.

"La racaille marocaine en Hollande… Bien sûr, ce ne sont pas tous des racailles, mais il y en a beaucoup, qui rendent nos rues dangereuses, surtout des jeunes… et il faut que ça change", a-t-il déclaré.

"Si vous voulez récupérer votre pays, si vous voulez faire des Pays-Bas un pays pour les Néerlandais, votre pays, alors vous ne pouvez voter que pour un seul parti", le Parti de la Liberté (PVV) qu'il dirige, a ajouté le député qui arrive en tête des sondages d'opinion pour les prochaines élections.

Anti-islam, le député d'extrême-droite a attaqué verbalement à plusieurs reprises les immigrés marocains aux Pays-Bas. Il avait notamment été accusé d'incitation à la haine pour ses propos tenus en 2014 où il appelait à "moins de Marocains" aux Pays-Bas.

Il a également promis de fermer les mosquées et de stopper l'immigration musulmane dans le pays s'il gagne les élections.

LIRE AUSSI: Geert Wilders, le député néerlandais déterminé à "désislamiser" les Pays-Bas