Les ferrovipathes, ces amoureux des chemins de fer

Publication: Mis à jour:
TRAIN
Manuel Gutjahr
Imprimer

Passion - Le président turc Mustafa Kemal Atatürk, l'ancien vice-président américain Joe Biden, les chanteurs Johnny Cash, Rod Stewart, Frank Sinatra, mais aussi le producteur Walt Disney et l'acteur Kevin Costner. Leur point commun? Tous sont ou ont été de fervents ferrovipathes.

Les ferrovipathes, "trainspotter" ou "railfan" en anglais, désignent ces personnes qui cultivent une passion addictive pour les trains et le monde ferroviaire en général.

Si certains collectionnent des trains miniatures, des pièces ferroviaires ou encore des photos rares, d'autres ont choisi de se consacrer à l'observation et l'exploration des voies ferrées, qu'elles soient ou non en activité.

Du tourisme ferroviaire

Certains ferrovipathes peuvent ainsi parcourir des milliers de kilomètres et prévoir des séjours entiers dans l'unique but d'observer un type de train en particulier. Le phénomène rassemble tant d'amateurs qu'on parle même de tourisme ferroviaire.

Les adeptes de ce type de tourisme vont visiter des lieux historiques ou insolites en prenant le train. Ils sont aussi à la recherche de paysages peu communs, qui ne peuvent être accessibles que par le biais des chemins de fer. Pour vivre pleinement l'expérience, certains vont jusqu'à revêtir des uniformes de contrôleurs de billets.

Une passion bien organisée

Les ferrovipathes sont de fervents observateurs et explorateurs, qui n'hésitent pas à multiplier les approches pour assouvir leur passion, observant les mouvements, collectionnait certains types de matériel, ou encore accompagnant un train en cabine de conduite.

Plusieurs revues spécialisées comble les attentes des ferrovipathes. Parmi elles, La Vie du rail, Rail Passion, Le Rail, Ferrovissime, Objectif Rail ou encore Rail Miniature Flash.

rail passion

Et si un jour vous cherchez à revoir au Québec le film "Trainspotting" de Danny Boyle, ne vous épuisez pas à répéter le titre en anglais, et retenez celui en québécois: "Ferrovipathes", tout simplement.
train