Huffpost Maroc mg

Halieutis: Le Maroc et l'UE réaffirment d'une seule voix le renforcement de leur partenariat

Publication: Mis à jour:
HALIEUTIS
Twitter / Rupert Joy
Imprimer

COOPÉRATION - Après une crispation certaine début février, l'heure est résolument au réchauffement des relations bilatérales entre le Maroc et l'Union européenne (UE). C'est à Agadir, à l'occasion du Salon international Halieutis, qu'a été réaffirmée de manière conjointe la nécessité de renforcer la coopération. "J’ai affirmé avec force que nous devons maintenir et renforcer la coopération entre l’UE et le Maroc, une coopération basée sur la confiance et qui soit mutuellement bénéfique", a déclaré Karmenu Vella, le commissaire européen à l’Environnement, aux Affaires maritimes et à la Pêche.

La déclaration a été faite à la presse, à l’issue de ses entretiens avec le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, en marge de la cérémonie d'ouverture du Salon Halieutis. Au cours de ces discussions, le commissaire européen a indiqué avoir discuté avec le ministre d'"une série d’autres questions et évènements à venir". "Je pense que la bonne coopération que nous entretenons continuera et nous oeuvrerons pour la renforcer davantage", a indiqué le commissaire européen.

Position commune

Même discours du côté de Aziz Akhannouch, qui a affirmé que le Maroc et l'UE œuvreront pour le renforcement de leur partenariat en vue de "construire des relations plus fructueuses et plus intenses à l’avenir". "Nous avons décidé d'augmenter la fréquence de nos rencontres et de voir le développement et le partenariat pour l'avenir", a ajouté le ministre de l'Agriculture à l'issue de ses entretiens avec le commissaire européen à l’Environnement.

Soulignant l'importance de cette rencontre, le ministre a indiqué avoir évoquée avec le haut responsable européen les engagements des deux parties. "Nous réalisons un grand programme de coopération. Nous avons un accord de pêche sur lequel nous travaillons et on regarde vers l’avenir", a-t-il en outre souligné, ajoutant que ce travail "mérite d’être partagé par l’UE et par le Maroc". Un tel travail "facilitera la compréhension des positions des uns et des autres pour qu’on puisse construire des relations plus fructueuses et plus intenses encore à l’avenir", toujours selon le ministre.

Le réchauffement après le dégel

Ces déclarations interviennent près de 10 jours après un communiqué aux allures d'ultimatum, émis par le ministère de l'Agriculture et de la pêche maritime à l'attention de l'UE. Dans le communiqué diffusé le 6 février, le ministère soulignait l'importance d'assurer le cadre nécessaire pour l’application dans les meilleures conditions des dispositions de l'accord agricole liant l'UE au Maroc. La réaction faisait suite à la publication, le 21 décembre dernier, de la décision de la Cour de justice de l'UE sur l'accord agricole Maroc-UE, après avoir été saisie par le Polisario. Tout en rejetant le recours du Polisario, la Cour avait alors jugé que l’accord de libre-échange devait être interprété "conformément aux règles pertinentes de droit international applicables dans les relations entre l’Union et le royaume du Maroc, en ce sens qu’il ne s’applique pas au territoire du Sahara occidental".

Dès le lendemain, l'UE réagissait en annonçant que des mesures appropriées seraient prises pour sécuriser l'accord agricole et préserver le partenariat avec le Maroc. Une démarche d'apaisement matérialisée par une une déclaration conjointe de la Haute représentante et vice-présidente de la Commission européenne, Federica Mogherini, et du ministre délégué aux Affaires étrangères, Nasser Bourita.

LIRE AUSSI: