Huffpost Algeria mg

4G et data mobile en Algérie : arrêt sur image

Publication: Mis à jour:
THUMBNAIL_DATA MOBILE
DR
Imprimer

Aujourd’hui, dans le monde, on ne parle d’écosystème de la data mobile que si les utilisateurs peuvent consommer tout type de contenu sans le moindre coût supplémentaire lié au lieu d’hébergement des données.

En Algérie, la dernière année technologique a été marquée par le renforcement de l’infrastructure réseau des opérateurs de la téléphonie mobile. 2016 demeurera l’année de la mise an activité historique des premiers réseaux mobiles intelligents. La migration vers le LTE (4G) est un sujet qui continue à faire partie intégrante de la politique de communication des opérateurs mobiles.

A notre avis, le basculement des usages de la data mobile de la 3G vers la 4G poussent les opérateurs à changer de stratégie et de s’appuyer sur le concept "expérience client", autrement dit la possibilité de remonter aux opérateurs des informations issues de leurs réseaux afin qu’ils affinent leurs services destinés aux clients.

Si la 3G a vu l’émergence de plusieurs stations de base dans plusieurs villes du pays, la 4G est loin d’avoir généré un champ électromagnétique dense. L’essor d’une telle technologie dépendra d’un nouveau modèle de déploiement de l’infrastructure radio du réseau et surtout de la réussite de la démocratisation de l’usage des Smartphones dans le pays.

Cependant, aujourd’hui, plusieurs facteurs freinent le décollage de la data mobile en Algérie. Côté vitesse, vu que la quasi-totalité des données consommées par les mobinautes proviennent des serveurs localisés à l’étranger, une bande passante internationale non dégroupée nuit beaucoup aux performances de la 4G en matière de débit. En effet, le maintien du monopole d’Algérie Télécom sur cette bande réduit le confort des usagers d’une connexion 4G dont la puissance du débit est 40 fois plus rapide que celui d’une connexion ADSL de base. Au lendemain du lancement commercial de la 4G, les utilisateurs se sont focalisés sur le tarif du Megaoctet et les volumes de données mensuels proposés par les opérateurs.

Il faudra alors attendre la publication des statistiques de l’ARPT pour confirmer ou non l’engouement des mobinautes envers la data mobile issue des réseaux 3G et 4G. Sur le plan de la qualité de service, les facteurs du succès de l’Internet mobile en Algérie dépendent des performances technologiques, des stratégies d’usage et du modèle économique.

Autrement dit, la vitesse d’une connexion 4G ne constitue pas le seul critère pour évaluer la QoS du flux des données consommé par les usagers. Le LTE a été lancé en Algérie dans le but de devenir une porte d’entrée vers un nouveau univers, celui de la data mobile ultra rapide. Avec cette technologie, le temps de réponse d’une connexion sera réduit ouvrant ainsi un nouveau type d’usage d’Internet qui a besoin d’un écosystème spécifique.

Environnement local de stockage des données

C’est en se regroupant au travers de structures favorisant une concurrence loyale, la création de la valeur, l'accès au marché, et l’innovation technologique, que l’écosystème de la data mobile en Algérie verra le jour. Créer un écosystème pour la data mobile fera éviter à la 4G de devenir "antiéconomique" pour le pays.

Pour cela, il est nécessaire de relever deux grands défis pour lesquels le gouvernement a un rôle clé à jouer. Premièrement, l’instauration d’une réflexion sur la création de nouveaux profils d’entreprises activant dans la chaine de gestion du flux de la data.

Ces entreprises devraient par exemple intégrer les technologies de virtualisation pour créer un environnement local de stockage des données. Le stockage local est l’ADN de l’écosystème de la data mobile puisqu’il contribuera grandement à la baisse des tarifs de consommation. En effet, la création des entreprises spécialisées dans la fourniture des services de stockage des données fera baisser davantage le prix du Mégaoctet consommé par le mobinaute.

L’infrastructure réseaux, hébergeant la vie numérique des algériens, ainsi constituée, sera plus adaptative aux architectures de demain comme le Cloud. Aujourd’hui, dans le monde, on ne parle d’écosystème de la data mobile que si utilisateurs peuvent consommer tout type de contenu sans le moindre coût supplémentaire lié au lieu d’hébergement des données.

De plus, la multiplicité des technologies de transmission des données dans les réseaux cellulaires tels que la 3G ou la 4G incite à tenir compte de l’impact économique. Par exemple, les fournisseurs de contenus seront amenés à développer des applications en relation avec la montée des débits et les besoins des clients. La croissance explosive des données générées par les usagers placera la performance technologique du réseau de l’opérateur comme vecteur de croissance du marché de la data mobile.

Dans ce contexte, l’opérateur est positionné comme transporteur des métadonnées entre les Datacenters et les utilisateurs.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.