Huffpost Maroc mg

Quand le train arrivait au Maroc en 1911

Publication: Mis à jour:
GARE
Imprimer

CHEMINS DE FER - Il y a 106 ans, les premiers chemins de fer du Maroc faisaient leur apparition. C'était en 1911, au moment où le royaume était encore sous protectorat français.

Trois compagnies concessionnaires françaises se partageaient à l’époque l’exploitation des chemins de fer marocains. La Compagnie des chemins de fer marocains (CFM) et le Tanger-Fès (TF) exploitaient alors le réseau de Marrakech à Oujda, tandis que la Compagnie du Maroc oriental (CMO) s'occupait de la ligne Oujda-Bouarfa.
oncf
Les trains fonctionnaient alors grâce à la traction vapeur, ce qui n'était pas adapté aux conditions climatiques et géologiques de l'Afrique du nord. En 1925, les autorités de l'époque optent pour l'électrification en 3000 volts courant continu. Une première ligne a été mise sous tension en 1927.

Deux lignes espagnoles

En 1942, l'État espagnol commence à exploiter les deux lignes reliant Sebta à Tétouan et Larache à Ksar El Kébir. Après le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord, le 8 novembre 1942, le réseau ferroviaire est massivement utilisé, principalement pour des opérations militaires.

En 1951, la voie ferrée est doublée entre Casablanca et Nouaceur. Quand le Maroc accède à son indépendence en 1956, les anciennes compagnies concessionnaires sont maintenues.

Ce n'est qu'en 1963 que la CFM et la CMMO sont nationalisées. L'Office national des chemins de fer devient alors un établissement public marocain à part entière.

L'ONCF est né

Placé sous la tutelle du ministère de l'Équipement et des transports, l’ONCF a aujourd'hui un caractère industriel et commercial et est doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière.
ff
L'office est chargé de l'exploitation du réseau ferroviaire national, des études, de la construction et de l’exploitation des lignes nouvelles des chemins de fer. Il exploite également toutes les entreprises se rattachant directement ou indirectement à l’objet des missions de l’office.