Campagne de régularisation des migrants: 16.000 demandes déposées

Publication: Mis à jour:
IMMIGRATION MIGRANTS MAROC RGULARISATION
REUTERS/Stringer
Imprimer

MIGRATION - 16.000. C'est le nombre de demandes de régularisation déposées au 12 février 2017, dans le cadre de la deuxième phase de la campagne de régularisation et d'intégration des migrants, qui a démarré le 2 décembre 2016.

Ce chiffre a été dévoilé par Anis Birou, ministre en charge des Affaires de la migration et des Marocains résidant à l'étranger, qui est intervenu hier lors d'une activité du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) au Salon international de l'édition et du livre (SIEL).

Une stratégie d'intégration

En septembre 2013, le Maroc lançait une nouvelle politique migratoire. Tout au long de l’année 2014, une opération de régularisation avait permis de recueillir 27.643 demandes de régularisation, dont 18.694 avaient déjà reçu une réponse positive de la part des 83 commissions locales provinciales.

La stratégie de régularisation et d'intégration des migrants s'articule autour de quatre volets. "Le premier concerne l'opération de régularisation et la gestion des flux, dans le cadre du respect des droits humains. Le deuxième volet est relatif au cadre institutionnel. Le troisième se rapporte à l'arsenal juridique, et le quatrième, qui est central, à l'intégration", nous a précédemment déclaré le ministre.

Le volet intégration inclut sept programmes sectoriels. "Ils concernent l'éducation culturelle, la santé, le logement, la formation professionnelle, la jeunesse, l'assistance sociale et humaine, l'emploi", ajoutait Anis Birou.

Quatre programmes transversaux viennent compléter le tout. "Ils sont relatifs à la gestion des flux, la coopération internationale et la gouvernance et la communication", expliquait le ministre, qui indiquait que la gouvernance "est gérée en trois niveaux. Le premier niveau est le comité interministériel présidé par le chef du gouvernement, puis il y a le comité de pilotage que je préside, ainsi que les comités opérationnels dirigés par le directeur des affaires de la migration".

LIRE AUSSI: