Huit ministres candidats avec le FLN, la candidature de Sellal dépend de l'approbation de Bouteflika

Publication: Mis à jour:
FLN
Djamel Ould Abbes, the Secretary General of the National Liberation Front FLN during a press conference in Algiers on 26 January 2017 about FLN installation of the commission of preparation of the legislative elections of the wilaya of Algiers. (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images) | NurPhoto via Getty Images
Imprimer

Huit ministres, membres du Front de Libération Nationale (FLN) ont présenté leurs dossiers de candidature aux élections législatives prévues le 4 mai prochain. c'est le secrétaire général du parti Djamel Ould Abbes qui a levé le mystère sur les candidatures des ministres membres de sa formation. La candidature du premier ministre reste cependant tributaire de l'approbation du Chef de l'Etat.

La candidature de M Sellal, a insisté, M. Ould Abbes lors de la conférence de presse à l'issue de l'installation de la commission nationale du parti du FLN chargée de l'étude des dossiers de candidature, est liée à d'autres considérations. "La responsabilité du Premier ministre est liée à l'autorité suprême du pays représentée par le président de la République M. Abdelaziz Bouteflika", a-t-il encore précisé. C'est ce dernier, précise-t-il, qui peut trancher cette question.

M. Sellal, ajoute Ould Abbes, n'a pas présenté sa candidature jusque là "mais il est le bienvenu s'il se porte candidat sur la liste du FLN".

Selon d'autres sources la candidature du président de l'Assemblée populaire nationale, Larbi Ould Khelifa, au FLN est un indice de plus que le premier ministre n'a pas été autorisée par le chef de l'Etat à se porter candidat.

M. Ould Abbes a précisé, dans ce sillage, que "huit ministres du gouvernement actuel qui sont également des responsables au sein du parti", ont déposé leurs dossiers de candidature aux prochaines élections législatives dans leurs wilayas", soulignant que le nombre "est appelé à augmenter dans les prochains jours".

Il s'agit, a-t-il indiqué, du ministre des Transports et des travaux publics Boudjemaa Talai, du ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière Abdelmalek Boudiaf, de la ministre des Relations avec le parlement Ghania Eddalia, du ministre de l'Aménagement territorial, du tourisme et de l'artisanat Abdelouahab Nouri, du ministre de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche Abdeslam Chelghoum, du ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique Tahar Hadjar, du ministre des Ressources en eau et de l'environnement Abdelkader Ouali et de la ministre déléguée auprès du ministre du Tourisme et de l'artisanat Aicha Tagabou.

M. Ould Abbes a rappelé que le FLN a enregistré jusque là "6 228 candidats dans 48 wilayas". "Nous n'accepterons pas le blanchiment d'argent ou l'argent sale qui avait terni l'image du parti", a-t-il dit ajoutant que la commission des candidatures "sélectionnera les candidats dans la transparence et la démocratie".

"Nous n'accepterons pas, au sein du FLN, la candidature de ceux qui ont porté atteinte au président de la République Abdelaziz Bouteflika", a-t-il réitéré.

La commission de l'étude des dossiers de candidature du FLN qui compte 25 membres, achèvera son travail le 21 février, les listes définitives des candidats du parti devant être connues le 6 mars prochain.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.