Benkirane rencontre Akhannouch et Laenser, en attendant une reprise officielle des négociations

Publication: Mis à jour:
AKHANNOUCH BENKIRANE
Imprimer

GOUVERNEMENT - Après plusieurs semaines de blocage, les négociations pour la formation du gouvernement vont-elles reprendre bientôt? Hier au soir, le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane a rencontré le président du Rassemblement national des indépendants (RNI) Aziz Akhannouch.

Ce mardi 14 février, c'est au tour de Mohand Laenser, secrétaire général du Mouvement populaire (MP) de rencontrer Abdelilah Benkirane. Contacté par le Huffpost Maroc, Mohand Laenser indique qu'il s'agissait d'une "visite de courtoisie. Je n'avais pas vu le chef du gouvernement depuis longtemps. Je lui ai parlé au téléphone et je suis allé le voir."

"Les négociations pour la constitution du gouvernement sont une chose, et les relations avec le chef du gouvernement en sont une autre", ajoute Laenser. La rencontre, qui s'est tenue à l'initiative du secrétaire général du Mouvement populaire, n'a pas spécifiquement porté sur les négociations, selon Laenser.

Toujours selon Mohand Laenser, le bloc de négociation formé par le RNI, l'Union constitutionnelle (UC), le MP et l'Union socialiste des forces populaires (USFP), reste attaché à la participation de l'USFP à la majorité. "Nous demandons toujours cela pour plusieurs raisons: pour renforcer la coalition d'une part, et parce que du moment où le président de la Chambre des représentants appartient à ce parti, nous ne voulons pas d'autre part courir le risque de voir la Chambre des représentants conduite par un parti d'opposition. Nous essayons donc de voir si nous pouvons trouver un compromis pour bien ancrer l'USFP dans la majorité", indique Laenser.

"Le fait que les contacts reprennent est en soi positif", nous déclare Nabil Benabdellah, secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Après quatre mois de blocage ayant connu de multiples rebondissements, Benabdellah montre son optimisme quant à la reprise des négociations pour la formation du gouvernement.

LIRE AUSSI: L'UC, cheval de bataille de Aziz Akhannouch